S’INSPIRER DE LA PÉDAGOGIE MONTESSORI

Je ne sais pas vous, mais moi, la pédagogie Montessori, je suis une grande adepte. Cet art d’aider l’enfant à faire seul, de révéler son potentiel, cette bienveillance… pas étonnant que tout le monde en parle! Je viens aujourd’hui partager avec vous une extraordinaire ressource profondément inspirante…

table-nature
Extrait de la formation en ligne « Installer et faire vivre une Table de la nature pour les tout-petits »

Je suis maîtresse d’école et éducatrice nature, autant vous dire que la pédagogie Montessori a transformé mes pratiques. Mais c’est surtout à la maison que je me régale: les ateliers Montessori font le bonheur de ma fille. Dernier dispositif en date: la Table de la nature. Tout ce que l’on ramène de promenade (petites graines, fleurs, coquilles d’escargots et autres…) est propice à la découverte: transvaser, toucher, sentir, classer, répéter un même geste inlassablement… Ma petite de 3 ans y passe des heures! je vous dirai d’ailleurs deux mots à ce propos à la fin de l’article.

Mais je voulais tout d’abord partager avec vous une interview toute particulière. Une interview qui nous glisse dans les coulisses d’une classe Montessori. Et vous allez voir, le rideau est levé sur des pratiques qui n’ont pas fini de nous inspirer…

Interview d’Alexandre Mourot, réalisateur du 1er documentaire sur la pédagogie Montessori

Emilie Lagoeyte: Bonjour Alexandre, pour réaliser ton film « Le maître est l’enfant », tu es allé filmer le quotidien d’une classe Montessori. Est-ce que tu peux nous présenter un peu cette classe?

alexandre-mourotAlexandre Mourot: Je suis allé faire un tour de France, j’ai visité plein d’écoles. Mais avant de filmer, il me semblait très important de quitter la théorie de Maria Montessori et d’aller voir ce qui se passait concrètement dans les classes en France pour approfondir ma connaissance du sujet. Mon idée était de montrer ce qu’était la pédagogie Montessori, concrètement, dans sa réalité quotidienne. J’ai pu me nourrir de toutes ces expériences.

J’ai rencontré Christian Maréchal, l’éducateur de la classe dans laquelle j’ai décidé de tourner, au mois d’octobre 2014. J’ai trouvé le personnage passionnant et j’ai convenu d’un rendez-vous avec lui pour observer sa classe. Sa classe avait des avantages : c’est une classe où il y a 28 enfants, c’est le seul éducateur, il y a souvent des stagiaires. Une classe Montessori, c’est entre 28 et 35 enfants pour stimuler la coopération entre les enfants, les échanges, pour que les enfants qui ont 3 ans puissent… être et se lier de sympathie avec des enfants qui sont plus grands.

Emilie: Cela peut aller à l’encontre d’une idée reçue qui serait qu’on a besoin d’un petit groupe d’enfants avec un nombre suffisant d’adultes. Là, à priori, c’est plutôt l’inverse…

Alexandre: Si le milieu est propice à l’épanouissement des enfants, à leurs dispositions spontanées, il peut y avoir un bon nombre d’enfants. Les enfants vont s’apprendre les uns les autres, vont avoir la curiosité de manipuler du matériel. Il va y avoir une émulation, de la coopération, etc.

La classe fonctionne d’autant mieux avec plus d’enfants. Il ne peut pas y avoir non plus cinquante enfants ! La proposition de Montessori c’est d’avoir entre 28 et 35 enfants, un éducateur plus un assistant. Chez Christian, il n’y a pas d’assistant, c’est souvent des stagiaires qui lui donnent un coup de main. Mais ce n’est pas toujours le cas. […] Cette année, il y avait une assistante le matin.

film-le-maitre-est-lenfant

Emilie: Quel âge avaient les enfants ?

Alexandre: Entre 3 et 6 ans, c’est une classe maternelle.

Christian a cette classe depuis une quinzaine d’années. Il a donc de l’expérience et sa classe fonctionne très bien.[…] Il est aussi, quasiment, formateur d’éducateurs. Il a donc une très grande connaissance théorique. C’est un atout pour moi, pour bien comprendre ce qu’est la pédagogie Montessori. Avec lui, on a beaucoup d’échanges.

Sa classe est aussi très grande : elle fait 80 m2. Ce n’est pas le cas de beaucoup de classes en France. C’est bien parce que les enfants peuvent travailler avec de l’espace.[…]

Il y également tout le matériel Montessori. C’est important de proposer aux enfants une grande richesse d’activités. […] Un autre avantage aussi : l’école Jeanne d’Arc où j’ai tourné est une école privée sous contrat. Les frais de scolarité sont donc relativement faibles. Ils sont entre 35 et 130 euros selon les revenus des parents. Ce n’est pas une classe qui ne s’adresse qu’à des privilégiés.[…]

 

Emilie: Tu parlais du milieu propice qui est essentiel à la réussite du fonctionnement d’un projet Montessori dans une classe. Est-ce que tu peux nous décrire les particularités de l’organisation de cette classe par rapport à une classe ordinaire telle qu’on peut l’imaginer ?

Alexandre: Effectivement, dans une classe Montessori, il y a […] différentes aires : une aire de vie pratique, une aire de vie sensorielle, une aire de langage et une aire de mathématiques. Ces aires-là sont des espaces dans la classe où il y a du matériel qui est en libre accès, en principe posé sur un plateau. L’enfant va prendre le matériel de son choix auquel il aura été initié au préalable. C’est-à-dire qu’on lui a présenté comment on utilise ce matériel-là. Soit c’est l’éducateur qui le présente, soit c’est un autre enfant. L’enfant pourra prendre […] le matériel, travailler autant de fois qu’il le veut et, ensuite, pourra le remettre à sa place.

C’est une classe très organisée. […] On a expliqué, on a montré surtout (il y a beaucoup de non verbal chez Montessori) comment on prend le matériel et comment on le range. Les enfants rangent généralement au bon endroit. […] le projet de l’éducateur est de mettre les plateaux dans un certain ordre parce qu’il y a un ordre d’apprentissage. Dans la vie pratique, on commence par les activités les plus simples comme par exemple celles avec une pince à linge qu’on va utiliser pour muscler le pouce et l’index. […] C’est plus simple à réaliser qu’une activité comme cirer les chaussures ou couper une orange, changer l’eau des fleurs, …[…]

pedagogie-montessori
« Les petites difficultés vont représenter des défis pour l’enfant. Il va répéter l’activité jusqu’à ce qu’il gagne une certaine aisance. Tous ces petits défis permettent de développer la confiance en soi. »

Un des objectifs de la classe Montessori c’est que l’enfant développe la confiance en soi et l’estime de soi. C’est pour ça […] qu’il n’y a pas de moment collectif d’apprentissage. On ne va pas expliquer aux enfants, tous en même temps, « aujourd’hui, vous allez apprendre la lettre A ». Parce qu’effectivement, si l’enfant n’est pas disposé il ne va peut-être pas recevoir cela. Et quand quelques jours plus tard on va lui présenter les autres lettres et qu’on va lui faire réviser la lettre qu’il a vue, peut-être qu’il ne saura pas. Il va perdre confiance en lui parce qu’il a vu qu’il y a quelque chose qui lui a échappé, qu’il n’a pas bien compris.[…]

Ce qui est extraordinaire chez Maria Montessori, c’est la manière dont on présente le matériel. Pour qu’un enfant ait confiance en lui, on ne va pas lui présenter quelque chose […] qu’il n’est pas capable de faire. Sinon, cela risque d’être effroyable pour lui. On va toujours lui présenter des choses qu’il est en mesure de faire, qui ont un certain intérêt, qu’il est capable de faire mais qu’il ne sait pas faire. On va lui apprendre quelque chose dont on sait qu’il saura le faire. C’est un art de trouver le moment propice où présenter une activité. […] Les petites difficultés vont représenter des défis pour l’enfant. […] Il va répéter l’activité jusqu’à ce qu’il gagne une certaine aisance. Tous ces petits défis permettent de développer la confiance en soi. […] L’enfant va voir qu’il va progresser. On fait tout pour que l’enfant ne soit jamais en échec. A mon sens, on ne peut faire cela que quand on travaille de manière individuelle avec lui.

Chez Montessori, tout l’apprentissage se fait avec du matériel. On apprend à lire et à écrire avec du matériel. Ce n’est pas théorique, ce n’est pas abstrait, c’est toujours très concret. […] L’enfant a besoin de manipuler, de toucher. La science a démontré aujourd’hui que le développement moteur est complétement lié avec le développement de l’intelligence.

Un enfant qui est complétement bloqué sur une chaise avec interdiction de toucher quoi que ce soit, c’est catastrophique au niveau cognitif. C’est ce que disait Maria Montessori : « on regarde l’enfant, on voit qu’il a besoin de manipuler. Travaillons ça ! » L’enfant a toujours besoin de marcher le long des trottoirs. On va donc mettre dans la classe une ligne circulaire où l’enfant va pouvoir travailler son équilibre. On répond toujours au besoin de l’enfant : c’est le projet de Maria Montessori.

Emilie: Concrètement, quand un enfant arrive en classe le matin, qu’est-ce qu’il fait ?

Alexandre: Ça dépend. Il y a des enfants qui vont tout de suite chercher un plateau et réaliser une activité. Il y a des activités qui sont très plébiscitées comme le pain. Tous les jours, il y a un enfant qui fait du pain. C’est une activité qui est assez longue, qui dure 1heure. Il y a des enfants qui vont poursuivre un travail en cours.

Et puis il y a des enfants qui ne savent pas quoi faire, alors ils vont tourner dans la classe. Et puis tout à coup ils vont voir quelque chose qui les intéresse, un enfant qui réalise une activité. Ils vont peut-être attendre que l’enfant termine son activité pour prendre le plateau.

D’autres ne sont pas encore à l’aise : les nouveaux. Ils vont se mettre à côté de l’assistante ou de l’éducateur, le suivre, le regarder.[…] C’est très variable.[…] C’est extraordinaire de voir les yeux d’un enfant qui se mettent à briller quand il découvre quelque chose qui l’intéresse[…]. C’est extraordinaire de cultiver l’enthousiasme !

 

Emilie: Par quoi as-tu été touché dans la vie de cette classe que tu as suivie ?

Alexandre: Justement, je suis très touché par l’enthousiasme. […] Cette confiance dans les dispositions spontanées de l’enfant, c’est extraordinaire.

La posture de l’éducateur est très particulière. Dans le film, on le voit : Christian, l’éducateur voit un enfant qui tourne un petit peu en rond. Il lui dit : « Tiens, est-ce que tu veux que je te présente quelque chose ? Tiens, je vais te présenter ça ! » Et l’enfant dit : « Non, non, j’ai pas envie. » « Ah, bon ? T’as pas envie ? » « Non, non, j’ai pas envie ! » Il va lui dire « D’accord, une prochaine fois ! ». En général, on se sent offensé en tant qu’adulte parce que l’enfant refuse la proposition de l’éducateur. On pourrait avoir envie de dire « Mais si, je sais que ça va t’intéresser. Je sens que tu en as besoin. » Et sans doute que l’éducateur a raison. Mais ce n’est pas le moment, l’enfant n’en n’a pas envie. Il est sur autre chose. On fait confiance aux enfants, on les laisse dans leur libre construction. On ne va pas les contraindre, il n’y a pas de coercition chez Maria Montessori. Cela me touche beaucoup.

documentaire-montessori

Ce qui me touche beaucoup aussi, c’est ma propre réaction parce que moi aussi j’ai envie d’intervenir. […] C’est difficile de trouver le moment où on doit intervenir. Mais des fois on se rend compte qu’on n’intervient pas correctement. L’éducateur, des fois, se trompe.

Par exemple, on sacralise beaucoup la concentration. C’est une des règles de la classe. Quand un enfant est en train de travailler, l’éducateur ne doit pas venir l’embêter mais les autres enfants aussi ne doivent pas l’embêter. Parfois, par exemple, un enfant est en train de se concentrer. Je suis en train de filmer. Il y avait donc double concentration. L’éducateur va dire « Hé, Achille, tu veux pas venir ici ? On a besoin de toi ! ». Là, catastrophe pour moi et, quelque part, pour l’enfant.

L’éducateur se trompe mais il est très humble. Oui, effectivement, il n’a pas vu, il s’est trompé. Mais on est tous comme ça ! Mais ce n’est pas grave puisque c’est inhabituel. Ces séquences vont aussi me servir à raconter ce genre de choses. Ce qui est génial aussi, c’est l’amour, la douceur de Christian pour les enfants. Mais ce n’est pas quelqu’un de parfait ! Personne n’est parfait et il le reconnaît ! Il est conscient de son imperfection, cela me touche beaucoup.

 

Pour vous aussi participer au financement de ce film documentaire sur la pédagogie Montessori:

Je participe au financement

 

Si vous avez envie de pratiquer chez vous des ateliers inspirés de cette pédagogie, je vous invite à regarder ceci:

Formations en ligne: Table de la nature

Spécial Tout-petits: Ateliers façon Montessori pour les 1ères explorations

EN SAVOIR PLUS sur cette formation

.