Le jardin des tout-petits Un jardin pour nos enfants

5 bonnes raisons de jardiner avec un enfant

 

Avez-vous un idéal pour le bien être et l’éducation de vos enfants, ou de vos petits enfants ?

Pensez-vous que la réalité soit proche de cet idéal ?

Grâce à cet article, j’espère vous convaincre (si ce n’est pas déjà fait!) que grâce à une activité extrêmement simple telle que jardiner avec son enfant, il est possible de se rapprocher au plus près de cet idéal.

Mais tout d’abord, essayons de comprendre un peu pourquoi nous peinons souvent à atteindre cet idéal.

enfant et fruit
Les enfants ont un besoin inné de toucher pour découvrir.

 

 

 

 

Photo : Didier Adam

 

Comme la grande majorité des adultes (dont je fais évidemment partie!), vous n’avez en effet pas toujours la possibilité de respecter cet idéal. Nos choix de vie d’adulte prennent en compte comme ils peuvent les besoins et les envies de nos enfants, mais…

Nous avons trop de responsabilités, de délais à respecter, d’horaires, d’impératifs… de ce fait nous pressons nos enfants, nous les bousculons dans leurs jeux et leurs rêveries et les entraînons dans notre fuite en avant.

Enfant-qui-zappe-devant-tele
La télé est-elle une bonne école de la vie pour nos enfants?

 

 

 

 

 

Photo: Nathalie Fortin

Vient ensuite la fatigue, le temps du repos, de la décompressions, le soir, le week-end. Cela devrait être enfin le moment de partager du temps avec nos enfants, de jouer avec eux, de les laisser souffler aussi… Pourtant, en quête de notre propre repos, cela arrive que nous nous accommodions par exemple de laisser nos enfants devant la télé : ils sont silencieux, nous pouvons nous assoupir un moment ou bouquiner en paix.

Ou alors nous avons entretenu ce mouvement incessant en inscrivant nos petits à toutes sortes d’activités éducatives, certes toutes plus instructives les unes que les autres, mais qui lui ôtent le temps de la rêverie et du jeu libre dont l’enfant a tant besoin…

Peut-être y a-t-il un juste milieu à construire. D’ailleurs, si vous êtes arrivé sur ce blog, c’est sûrement que vous le construisez déjà, ce juste milieu ! Dans ce cas, vous serez certainement d’accord avec moi si je vous dis qu’à mon sens, l’activité de jardinage fait partie des meilleurs compromis qu’il soit !

Toutefois, il y a maintes façons de jardiner. Avant de détailler les 5 raisons principales d’accorder une place de choix au jardinage avec son enfant, je m’explique rapidement sur ce que j’entends par « jardiner avec son enfant ».

Tout d’abord, il s’agit soi-même de jardiner. Que ce soit un jardin floral, potager, des balconnières, mais cela implique que l’on jardine.

Ensuite, il s’agit de partager certains de ces moments de jardinage avec son enfant. Nous ne sommes alors en aucun cas dans une recherche d’efficacité et encore moins de productivité mais bien dans un esprit de partage de notre temps et de notre passion. Nous sommes conscient que l’enfant a souvent d’autres envies ou priorités que les nôtres, ce que nous faisons en sorte de respecter. Nous nous harmonisons dans ces moments de jardinage avec notre enfant.

Enfin, nous pensons notre jardin pour notre enfant. Nous observons ses jeux, nous apprenons à anticiper sur ses envies et ses capacités et nous lui suggérons, grâce à l’agencement de notre jardin, un espace parfaitement adapté à lui. Si à certains moment nous jardinons avec notre enfant, d’autres moments de jardinage sont consacrés à l’aménagement de notre jardin, que nous agençons aussi pour l’enfant. Je vais peu développer ce point aujourd’hui car nous aurons l’occasion d’en reparler !

Voilà, les jalons sont posés, entrons maintenant dans le vif du sujet pour définir quels sont les 5 raisons essentielles de jardiner avec son enfant.

1- Cela favorise un développement harmonieux de sa santé physique et psychique

Nous l’oublions parfois, mais l’enfant a absolument besoin de passer beaucoup de temps à l’extérieur, de jouer dehors et si possible dans un espace de nature. Nous-mêmes, adultes, ne sommes « pas très en forme » lorsque nous passons trop de temps à l’intérieur. Nous gérons moins bien nos émotions ou notre énergie, alors qu’après une bonne activité physique dehors, une promenade en forêt, par exemple, nous sommes détendus, nos idées noires semblent évacuées, nous nous sentons en harmonie avec nous-mêmes.

enfant-et-oiseaux
A l’extérieur, l’enfant construit des milliers d’interactions avec le vivant!

 

 

 

 

Photo: castgen

 

Si cela est vrai pour nous, alors pour un enfant, vous pensez bien… c’est ESSENTIEL ! Les études les plus récentes ne cessent de nous le confirmer ! A ce sujet, je ne peux que vous recommander de lire cet excellent livre de Louis Espinassous : Besoin de nature. Dès l’introduction, voici ce que nous y apprenons:besoin-de-nature

 

 « Dans une prison du Michigan, les détenus dont la fenêtre donne sur une cour intérieure consultent le service médical (…) avec une fréquence 24% supérieur à celle des prisonniers dont la fenêtre donne sur la campagne. C’est quasiment un quart de maladies en moins à cause d’une simple vue sur la nature ! »

L’enfant a un besoin quotidien d’activités physiques pour exprimer toute son énergie, il a donc besoin d’un espace où exécuter des mouvements aussi variés que possibles tels que courir, sauter, grimper, ramper, se rouler, porter, lancer… Puis il apprendra à canaliser cette énergie grâce à des observations fines ou à l’apprentissage de gestes techniques. Vous voyez où je veux en venir ?

Je suis absolument convaincue que l’espace dans lequel l’enfant peut au mieux répondre à ces besoins, hormis la pleine nature si vous pouvez l’y emmener fréquemment, est le jardin. Jardin privé, jardin public, grand ou petit, peu importe, pourvu que l’enfant puisse y avoir un maximum de liberté de mouvement et d’autonomie.

 

2- Cela lui permet de réaliser une foule d’apprentissages grâce à un environnement riche et stimulant

Un enfant est programmé pour apprendre. Ça tombe bien, il a tellement à apprendre ! Prenons l’apprentissage de la marche. Apprendre à marcher, mais de toutes les façons possibles ! A différentes vitesses, sur un terrain uniforme ou varié, en avant ou à reculons, en portant un verre d’eau, en pensant à autre chose, avec des chaussures trop grandes, trop fines ou qu’il ne veut pas salir… et je m’arrête là, car les déclinaisons de la marche que l’enfant devra s’approprier sont multiples ! Idem pour le langage, la compréhension des phénomènes observés, les émotions, les relations à autrui, à l’animal, à la nature… Comment l’enfant, y compris celui que nous avons été, peut-il apprendre tout cela ?!

D’un côté, l’enfant apprend ce qu’on lui enseigne. On lui explique quelque chose, il le mémorise, il s’entraîne, l’intègre et pourra le réinvestir dans d’autres configurations. Mais encore faut-il que l’enfant soit disposé à apprendre de cette manière, qu’il en ait envie, ou qu’il nous comprenne !

D’un autre côté, et bien souvent, l’enfant apprend par lui-même. Il a en lui un formidable programme qui le pousse à apprendre, à provoquer les situations d’apprentissage, à être curieux de tout, à répéter les actions jusqu’à les intégrer, à assimiler une quantité astronomique de nouveautés. Mais pour cela, il est indispensable que l’environnement de l’enfant lui inspire ces apprentissages ! Cela est d’ailleurs un des grands principes de la pédagogie Montessori : Maria Montessori a appelé « Esprit absorbant » L’aptitude à apprendre qui est propre au jeune enfant.

child-among-flowers
Au jardin, l’enfant s’imprègne de cette beauté naturelle.

 

Photo: Claude Robillard

L’enfant se construit en agissant sur son environnement, en constatant comment celui-ci réagit à chacune de ses actions. Il construit ses schémas mentaux grâce à l’expérience directe.

Dans son environnement immédiat, c’est sans doute au jardin que l’enfant trouve matière à découvrir, à expérimenter, à apprendre. Dans toutes sortes de domaines ! Voici quelques exemples d’apprentissage que l’enfant ne manquera pas de faire au jardin :

  • apprendre à maîtriser toutes sortes de mouvements grâce à la variété du terrain ;
  • apprendre les effets des saisons sur les êtres vivants, sur lui-même ;
  • apprendre les cycles naturels en observant la graine qu’on a plantée et ce dont la plante a besoin pour grandir, fleurir, fructifier ;
  • éveiller ses 5 sens ;
  • connaître le nom exact de ce que l’on rencontre au jardin : les plantes, les légumes, les fruits, les insectes, les oiseaux, mais aussi les outils, les actions que l’on fait en jardinant, etc. ;
  • s’émerveiller chaque jour de petites découvertes toujours plus pointues dans cet espace bien connu ;
  • avoir envie d’en savoir davantage et s’en donner les moyens… par exemple en questionnant son entourage ou en se plongeant dans des lectures sur le sujet voulu !

Cependant vous en conviendrez, pour que ces apprentissages soient possibles, l’enfant a besoin de temps, d’autonomie ainsi que d’un espace adapté à lui.

 

3- Cela lui permet de s’imprégner et de s’émerveiller du monde du vivant.

Il n’est pas un enfant qui ne soit captivé par tout ce qui bouge. Laisser marcher un insecte sur soi, tenir un vers de terre dans sa main, guetter un lézard des heures durant jusqu’à trouver enfin le moyen de l’attraper…

Évidemment, ce dernier exemple vous fait un peu réagir, vous vous dites peut-être en premier lieu « Oui mais cela va blesser le lézard, il va sûrement perdre sa queue, il faut apprendre aux enfant à respecter tout ça ! ». Et ce n’est pas moi qui vais vous contredire ! Mais j’ai fort à parier que l’enfant qui aura eu l’occasion de terroriser un escargot, d’écraser quelques fourmis ou de capturer oisillon, lézard ou souris sera plus prompt à aimer ce petit peuple, à chercher à le comprendre pour à son tour œuvrer pour sa protection…

Quoi qu’il en soit, le jardin est donc un lieu propice à toutes sortes d’émerveillements, grâce à la vie animale et végétale qui y foisonne. Enfin… à condition qu’elle y foisonne ! Quoi que même dans un carré de pelouse bien tondue, je fais confiance aux enfants pour y dénicher toutes sortes de merveilles, mais je ne doute pas qu’un jardin plein de vie sera d’autant plus favorable à mille découvertes.

 

Jeu-de-bebe-au-jardin
« Même dans un carré de pelouse bien tondue, je fais confiance aux enfants pour y dénicher toutes sortes de merveilles! »

 

 

 

 

Photo: Romain DECKER

 

Le jardin est donc un lieu d’émerveillement, sans même que l’adulte intervienne directement. Et il en va de même pour tout ce dont l’enfant peut s’imprégner !

S’imprégner de ce qu’il observe, de ce qu’il côtoie tous les jours mais aussi de ce que fait l’adulte au jardin et comment il le fait. Vous aspergez chaque brin d’herbe désobéissant à grands coups de Roud-up ? L’enfant trouvera ça normal et regardera les dites ‘mauvaises herbes’ d’un sale œil. Vous jardinez bio ou vous bricolez des aménagements pour inviter des petits animaux dans votre jardin ? Votre enfant voudra en faire autant et guettera l’arrivée des premiers locataires de vos constructions. Vous économisez l’eau au jardin et testez un nouveau système d’irrigation ? Cela ne manquera pas d’intéresser votre enfant qui se penchera sur la question à vos côté (à sa façon!)… mais s’en imprégnera ! Les petits ruisseaux font les grandes rivières !

 

4- Jardiner avec son enfant, c’est lui offrir du plaisir et de la fierté.

Rien que ça !

Il est indéniable en effet que l’activité de jardinage procure du plaisir à l’enfant. Plaisir de travailler la terre, plaisir de ressentir les éléments avec tous ses sens, plaisir de faire comme l’adulte, à ses côtés, plaisir de s’approprier un espace connu, d’agir sur cet espace pour le transformer…

Enfant-au-potager
Quelle plaisir pour le parent de voir son enfant s’émerveiller devant sa cueillette!

 

 

 

 

 

 

 

Photo: Ludo Rouchy

Mais aussi plaisir de s’inventer des histoires dans ce jardin, d’y jouer avec d’autres enfants, d’y côtoyer au quotidien des petits animaux, des plantes auxquelles on s’attache, ou qu’on peut utiliser pour tel jeu, telle création ou recette…

Ces plaisirs seront d’autant plus nombreux et intenses que l’enfant fréquente souvent le jardin et avec un maximum d’autonomie. Il en connaîtra ainsi les moindres recoins, s’y sentira libre et voudra mener plus loin ses investigations… en quête de nouvelles satisfactions à sa soif de découvrir !

Et au plaisir s’ajoute la fierté.

Fierté de seconder l’adulte dans des activités auxquelles il accorde une grande importance, fierté de récolter les fruits de son travail (et parfois un travail de longue haleine!), fierté de contempler ce qu’il a créé au jardin (un massif, une cabane, une plante qu’il a plantée!).

Et je ne vous parle pas de la fierté de se sentir responsable de certaines plantes ou propriétaire de certains espaces, même tout petits !

Sans oublier bien sûr la fierté de venir en aide aux petits animaux du jardin ou fierté de déjà pratiquer un jardinage respectueux de l’environnement.

Mais dans le duo adulte-enfant au jardin, comment ne pas parler aussi de la fierté de l’adulte !Fierté de partager une activité qui lui est chère et de transmettre à son enfant des savoirs et des gestes que lui-même a peut être peaufiné toute sa vie durant, voire qui lui ont été enseignés par ses aïeux !

 

5- Construire le jardin avec son enfant permet de le faire à sa mesure et de le laisser s’approprier cet espace

 

L’enfant ne va pas vivre le jardin de la même façon que l’adulte. Choisir avec lui certains aménagements permet de respecter ses envies, ses besoins.

Tout d’abord, l’enfant a besoin de jouer, fréquemment, simplement, librement. Nul besoin pour cela de matériel sophistiqué, au contraire ! En revanche, un espace pensé et aménagé (au moins un petit peu!) pour l’enfant donnera de l’envergure à ses jeux. Pensons aux jeux d’imitation notamment, par lesquels les enfants testent et construisent leur personnalité, déchargent l’affect accumulé lors de situations sociales bien réelles et le transforment en une fiction dont ils sont maîtres… Maintenant, imaginez avec quelle simplicité vous pouvez offrir des petits coins dans votre jardin qui deviendront tour à tour bateau de pirates, château merveilleux, maison pour jouer au papa et à la maman ou que sais-je ?

Ensuite, rappelez-vous que l’enfant a besoin d’intimité. Quel bonheur pour lui d’avoir ses petits coins secrets, à l’abri du regard des adultes, dans lesquels il construira d’autant mieux ses histoires fantastiques, seul ou avec ses camarades, se créera des postes d’observations (de vos activités, de personnages imaginaires mais aussi de petits animaux!) ou bien calmera et régulera ses émotions.

L’enfant a également besoin de sécurité. Comment lui laisser de l’autonomie et de la liberté si, sorti du champ de notre regard, il risque de se blesser ou de s’intoxiquer ? Toutefois, je pense que là encore, un juste milieu est à trouver. Quels risques estime-t-on acceptables ? Selon les enfants, il suffit parfois de leur expliquer certains dangers pour les en préserver… Mais certains risques sont à bannir absolument de notre jardin, emporté par le mouvement ou le jeu, même un enfant mature et averti peut se laisser piéger par certaines situations !

Jeux-au-jardin
Ce qui semble dangereux pour certains parents paraîtra acceptable pour d’autres…

 

 

 

 

 

 

Photo: Hugues


Enfin, les espaces que vous aurez créés avec votre enfant seront aussi les siens.
Il en prendra donc soin davantage ! Je doute fort par exemple qu’un enfant piétine la plate-bande de salades qu’il aura repiquées le matin même. En revanche, si l’enfant n’a jamais mis les mains au potager… il risque d’y mettre les pieds !

Conclusion

Nous venons de faire le point sur au moins cinq bonnes raisons de jardiner avec son enfant. Et il y en aurait bien d’autres ! Reste maintenant à passer à l’action !

Pour cela, pas de panique. Si vous avez un jardin, vous avez de la chance et il sera très simple de faire de ce lieu le royaume extraordinaire de votre enfant et de l’initier aux joies du jardinage. Je vais proposer dans ce blog astuces, activités ou autres aménagements dans lesquels vous pourrez piocher pour étoffer votre pratique.

Si vous n’avez pas de jardin mais que vous avez lu ce texte en entier pour en arriver à cette conclusion… c’est que vous êtes très motivé(e) par la question du jardinage avec un enfant, d’une éducation soigneusement pensée au plus proche de la nature! Je ne doute pas une seconde que cette motivation vous portera rapidement vers toutes sortes de petites activités ou aménagements (c’est sûrement déjà le cas!) visant à faire entrer dans la vie de votre enfant ce que la nature a de plus précieux. Il n’est de toute façon pas un appartement qui ne puisse accueillir de mini-jardins, sur un rebord de fenêtre ou même à l’intérieur !

 

Cet article vous a plu ?

Alors n’hésitez pas à le faire connaître en le partageant par mail ou via les réseaux sociaux. J’espère semer des petites graines vers une pratique en laquelle je crois et à la portée de tous. Et vous pouvez y contribuer !

(369)

3 Comments

  1. Merci Emilie pour cet article intéressant 🙂

    J’ajouterais une 6e bonne raison : le contact avec les bactéries se trouvant dans la terre participe au bon fonctionnement, d’une part, de la flore intestinale (ingestion de poussières, contact main-bouche), d’autre part, de la flore que nous avons à la surface de la peau. Jouer dans la boue c’est très bon pour notre équilibre bactérien !

  2. Quelle excellente nouvelle! Alors ne freinons plus l’élan de nos enfants à plonger leurs petites mains dans la boue… mais au contraire, cultivons leur santé, au jardin!
    Merci Guillaume pour cette information.
    A très bientôt!
    Emilie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *