Ecole Interviews Témoignages

[Interview] Catherine Stravicino, Directrice d’une école pas comme les autres…

Ils s’appellent Julia, Edgar ou Manon. Leur école est située au bord de l’océan, en Vendée. La plage du Mûrier n’est qu’à quelques minutes à pied, mais ce n’est pas le seul atout de cette école. Elle s’appelle l’Ecole de la Transition, elle accueille des élèves depuis septembre 2015. Grâce à des méthodes pédagogiques novatrices, cette école entend entretenir chez l’enfant le goût pour les apprentissages, en lien avec la nature, les arts et le vivre ensemble.

Explications par Catherine Stravicino:

 

catherine-stravicino

En quelques mots, pouvez-vous nous décrire votre projet?

Catherine Stravicino: ​L’école de la Transition est une école libre, laïque et en dehors de tout autre mouvement qui accueille les enfants de 3 à 16 ans.

Nous sommes en Vendée dans un environnement naturel au sein d’une forêt protégée et au bord de l’Océan Atlantique, ce qui est un point essentiel pour la vie quotidienne de l’école.

La pédagogie et les objectifs éducatifs sont totalement en lien avec la nature et les arts, ce qui donne du sens aux apprentissages fondamentaux.

Vous avez été enseignante pendant 15 ans à l’éducation nationale.
Qu’est-ce qui vous a motivée à vous lancer dans cette nouvelle aventure?

ecole-transitionCatherine Stravicino: ​Cette longue expérience a mis sur mon chemin des enfants de toutes origines sociales ou culturel​le​s.

Aujourd’hui les profils étant tellement différents, de plus en plus d’ enfants sont laissés de côté car ils ne sont pas fait pour rentrer dans un « moule », quel qu’il soit.

Ils peuvent être hypersensibles, autistes, surdoués, hyperactifs, ou avoir un schéma familial compliqué, tous sont capables de réussir.
Pour cela,  il est indispensable que l’école soit un lieu de vie qui mette en lumière leurs spécificités à travers desquelles ils vont voir le monde pour aller de l’avant chaque jour.
Des réponses adaptées se trouvent dans d’autres systèmes éducatifs que celui de la France.

Ce vécu et ce constat partagés​ m’ont amenée à une évidence : la solution était de créer mon propre mouvement pédagogique.

Votre projet d’école accorde une place toute particulière aux arts et à la nature. Pourquoi?

Catherine Stravicino: Le premier point est que nous savons et voyons tous les jours que​ les enfants s’épanouissent au contact de la nature, et dans la création également.

plage du murierNous partons du principe que pour que chaque enfant puisse se construire en tant qu’individu,  il est primordiale qu’il connaisse sa terre, où tout est vivant en perpétuel évolution , et qu’il y a un équilibre à respecter.

Il s’agit aussi d’une part de responsabilité que nous souhaitons inculquer, comme leur faire observer que nos actes ont une répercussion sur l’ensemble de ce que nous voyons. En ayant plus de savoirs  sur leurs environnements humains, naturels et culturels, ils pourront devenir conscients et responsables de leurs actes pour participer aux soins à apporter à la terre, leurs animaux, et à eux mêmes.

Ce que nous retrouvons aussi dans la nature comme dans la création artistique est cette dimension d’ici et maintenant qui éveille les enfants d’une façon que nous ne retrouvons pas si nous nous figeons aux apprentissages fondamentaux.

En liant ce qu’ils découvrent dans la nature, ce qui les anime dans la création artistique et les apprentissages fondamentaux les enfants sont dans une dynamique qui donne du sens à leurs apprentissages, ce qui facilite l’intégration des savoirs.

 

 ecole-plageCatherine Stravicino: Pour leur bien être,  l’expression par les arts est aussi une clé de notre pédagogie.

 De nombreux domaines sont à explorer, pour aiguiser leurs motricité fine et leur curiosité au gré  des matériaux qu’ils utilisent. Cela les invite à découvrir de nouvelles possibilités qu’ils ignorent encore sur eux mêmes.

C’est un vrai tremplin pour les aider à prendre confiance en eux et oser expérimenter.
Enfin je dirais que l’environnement naturel dont nous avons la chance de profiter permet aux enfants comme aux enseignants de respirer le grand air au quotidien amenant une belle vitalité chaque jour partagé ensemble, le tout avec l’esprit vif !

 

 

     

Et si on s’adressait directement aux enfants? Comment perçoivent-ils leur école? Comment l’aiment-ils? 

Leurs enseignantes leur ont posé la question:

La parole aux enfants

À QUOI CELA RESSEMBLE DEHORS AUTOUR DE TON ÉCOLE ?

  • les 3 à 6 ans = il y a la forêt, la plage, une ville, des maisons, des animaux, des arbres

  • les 7 à 13 ans = une immense forêt dense, qui a été reboisée c’est à dire

    reconstruite par les hommes, le village de Notre Dame de Monts qui est vivant avec ses commerces et ses salles de spectacle.plan-ecole-transition

 

TON ÉCOLE N’EST PAS COMME LES AUTRES, POURQUOI ?

    • 3/6 ans : « C’est l’école de la transition, c’est une école pour petits, moyens et grands. On y fabrique beaucoup de choses. Il n’y a pas de punitions. Il y des balançoires et du sable. Les salles sont différentes et les jouets aussi. »

    • 7/13 ans : « On est moins d’élèves par classe. On nous laisse plus apprendre à notre rythme. Il y a moins de classes et on est tous ensemble, il n’y a pas de séparations entre les grands, les moyens et les petits. »

 

QU’EST-CE-QUE TU AIMES DANS TON ÉCOLE ?

    • gite-insectes3/6 ans : « Jouer au train, aller en minibus à la bibliothèque, les histoires, jouer dehors, les dessins, les expériences, se promener en forêt, faire des cabanes, ramasser des pommes de pin, protéger la nature. »

    • 7/13 ans : « Tout, les repas sont bons, les jeux de société et les jeux à l’extérieur. Le bricolage que l’on fait parce que ce sont des bricolages intéressants et qu’on a envie de les reproduire chez nous. La salle de la tranquilité, où on peut lire et les sorties dans la nature, à pieds et en vélo. La façon d’apprendre, avant c’était leçon et exercices, ici on cherche, si on trouve c’est bien et si on ne trouve pas c’est bien aussi, on va plus le travailler et appuyer….

 

Pour en savoir plus sur cette école, rendez-vous sur son site internet: www.lecoledelatransition.com, et grâce à cette vidéo:


Toutes les photos et vidéos ont été partagées par l’équipe de l’Ecole de la Transition. S’y ajoute un extrait du Courrier vendéen (photographie de l’équipe).

 

 

(2554)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *