Randonner avec un bébé: Mode d’emploi

Ils sont nombreux les jeunes parents qui n’osent plus randonner une fois que bébé est là. Trop fragile, se disent-ils, trop compliqué! J’étais moi-même sceptique avant la naissance de ma fille, mais j’aimais tellement randonner que je me suis lancée… Et j’ai eu la surprise quelques semaines après la naissance de ma fille de constater que randonner avec un bébé… cela était en fait plutôt simple.

A condition bien entendu de prendre très au sérieux le confort et la sécurité du bébé.

Ma fille a aujourd’hui 3 ans, et après bien des randos (dont 50 Km en itinérance autour du Mont Lozère l’année dernière), voici les conseils que je peux vous donner :

photo randonner avec un bébé

En combinaison dans le porte-bébé, on vous a dit que c’était LE truc à ne pas faire? Si vous marchez des heures sans vous arrêter, c’est vrai. Mais si les poses sont nombreuses et les étapes courtes, alors n’hésitez pas! C’est tellement simple…

Pour randonner avec un bébé (0 à 2 ans):

  1. Choisir le bon porte-bébé

Pour les bébés de moins de 1 an, mieux vaut un portage ventral, en écharpe ou avec un porte-bébé physiologique. J’ai personnellement investi dans un porte-bébé Manduca, qui permet de porter le bébé sur notre ventre ou notre dos et s’adapte à sa taille (j’utilise encore le mien à chaque sortie! – Je rappelle que ma fille a 3 ans, mais un système de zip permet d’agrandir le porte-bébé).

A titre indicatif, on peut se dire que jusqu’à 6 mois, on porte le bébé contre notre ventre, et à partir de 6 mois on commence à le mettre sur notre dos. Cela dépend bien sûr de la vigueur et du poids du bébé, mais aussi de nos envies!

Notez qu’il existe des vestes adaptées à ce genre de porte-bébé, afin de couvrir le parent et le bébé en même temps.

Entre 1 et 2 ans, il est possible d’utiliser un porte-bébé dorsal, vous savez, ces sac à dos conçus pour porter un bébé. Personnellement, je l’ai peu utilisé parce qu’il est plus lourd que le porte-bébé physiologique et le fait que le bébé ne soit pas contre notre corps provoque un effet levier qui augmente la sensation de poids. Mais ce portage présente certains avantages : l’enfant voit mieux le paysage, et surtout si le parent transpire, l’enfant n’est pas mouillé. Attention toutefois à en choisir un qui ait une capote contre la pluie ou le soleil ainsi qu’une assise confortable (ici encore, on veille à ce que les jambes ne soient pas pendantes, toutes droites…)

Il est fortement déconseillé d’utiliser des porte-bébé qui positionnent les jambes du bébé à la verticale, toutes droites. Mieux vaut une position « en grenouille », dite physiologique. Méfiez-vous notamment des porte-bébés qui permettent au bébé d’être face au chemin. La position est en général proscrite pour son développement, en plus à cet âge là, sages-femmes et pédiatres m’ont rappelé que les bébés préfèrent être blottis contre leur parent !

porte-bebe-physiologique

Pendant la sieste? On en profite pour avancer!

  1. S’adapter à la météo

Plus encore que nous-même, le bébé a un besoin inconditionnel de confort. De toute façon, il y a de fortes chances pour que ses cris vous obligent à faire demi-tour s’il ne se sent pas bien, alors mieux vaut prévoir. Pire encore, un bébé en hypo ou hyper thermie ne réagira pas forcément mais courra un risque vital, que vous ne devez pas vous permettre de lui faire prendre.

Toucher régulièrement les mains et les pieds du bébé donne une bonne indication de sa température corporelle.

Que faire alors ?

S’il fait trop chaud

randonnee-lozere

Une autre sieste en porte-bébé…

D’une façon générale, mieux vaut marcher à la fraîche, le matin ou le soir, et se poser dans un coin agréable pendant les chaleurs. La chaleur est moins problématique si l’on utilise un porte-bébé dorsal (puisque le bébé n’est pas directement en contact avec notre dos qui transpire).

Randonner à l’ombre en sous-bois est une autre alternative. Mais entre 2 sous bois, on se retrouve tout de même parfois au soleil! Un court instant, ça va, mais au-delà… prudence!

Attention à ce que le bébé ne soit pas directement exposé au soleil, même avec de la crème solaire, et l’équiper de lunettes ! L’astuce que j’ai trouvée est de recouvrir le porte-bébé avec un voile très léger… une vraie petite cabane dans laquelle ma fille a adoré voyager !

 

S’il fait trop froid

Dans ce cas, il est possible de s’engager pour une petite randonnée à condition qu’il n’y ait pas de vent et que le bébé soit bien habillé, avec un bonnet, dans un porte-bébé ventral tout contre son parent. L’idéal est de s’emmitoufler tous les deux dans un grand manteau.

Un biberon chaud dans une house thermos peut être le bienvenu !

!!! Si le bébé n’est pas contre nous, par exemple s’il est dans un porte-bébé dorsal ou sur une luge, toujours s’assurer qu’il n’a pas les extrémités froides et surtout, s’il s’endort, le prendre contre soi au chaud !

      1. Bébé aussi a besoin de bouger…

L’idée est simplement de ne pas marcher tout le temps mais de réserver des pauses pour votre bébé, surtout s’il a plus de 6 mois. Il aura alors besoin de marcher lui aussi (à sa façon!), d’explorer avec les mains, la bouche, avec tous ses sens, bref, de se faire plaisir !

N’hésitez donc pas à raccourcir votre itinéraire et à envisager plus de pauses que si vous étiez seul-e !

Imaginez : Si la randonnée est pour le tout-petit synonyme de « Je ne peux pas bouger, je suis mouillé de transpiration et dès que je pleure tout le monde est tendu autour de moi »… il y a fort à parier qu’il va détester ces moments.

En revanche, si randonnée = je me fais porter contre maman-papa, je découvre plein de choses extraordinaires (des bâtons, des fourmis, des cailloux…) et tout le monde est joyeux : Bingo ! Il y a de grandes chance que votre tout-petit associe la nature et la randonnée à une source immense de bien être et de découvertes !

Un dernier petit conseil : je crois que l’idéal est de se caler sur le rythme des siestes du bébé. Il dort : on marche. Il se réveille : on ne tarde pas à s’arrêter, à son tour d’explorer !

bebe-en-randonnee

  1. Quel matériel emporter

Chacun a ses petites habitudes. Personnellement, voici ce que j’ajoute au sac à dos pour randonner avec un bébé:

Le mi-ni-mum :

  • 1 ou 2 couches
  • quelques morceaux de coton (avec un peu d’eau de la gourde, cela suffit pour une petite toilette : on prendra soin de faire un bon nettoyage de retour à la maison!)
  • 1 tenue de rechange (oui parce qu’un bébé a tendance à vite se mouiller, d’une façon ou d’une autre…)
  • Éventuellement une petite serviette pour se changer dessus (personnellement, j’ai souvent utilisé simplement un de mes vêtements posé au sol pour changer ma fille. Bon, je ne dis pas qu’il n’y a jamais eu de loupé… Mais le sac était moins lourd!)
  • A boire et à manger
  • Chapeau, lunettes, vêtement de pluie, bonnet et manteau si nécessaire
  • Petit flacon de désinfectant, éventuellement un peu d’arnica en cas de coup (vous connaissez les Sticks?)
  • Le doudou
  • … et c’est tout !

Évitez de vous surcharger inutilement ! Je sais que quand on est jeune parent, on veut bien faire et on essaye de tout emporter (tapis à langer, trousse de toilette, la peluche de mamie, Sophie la girafe…). Mais tout cela est un peu lourd… et puis en a-t-on vraiment besoin ?

bebe-en-montagne

Non ma fille, pas de 4 pattes au bord du précipice… Mais quelle sensation de liberté pour moi jeune maman, perchée sur ma montagne! 😉

Pour conclure: randonner avec un bébé, oui, mais pas à l’improviste. Dans tous les cas, le mieux est de se tester, d’abord sur de tout petits parcours (je me souviens de ma 1ère mini-rando de 5Km lorsque ma fille avait 3 semaines… une renaissance pour moi après 9 mois de grossesse!).

Mais je crois que grâce à ces mini-exploits vécus en famille, on cultive avant tout son identité de jeune parent: un parent qui ne renonce pas à ce qu’il aime, qui cultive son lien à la nature et se donne les moyens de le partager en famille. Et puis l’enfant va grandir… Il sera facile alors de s’adapter, bien plus facile que si on s’était dit « Non, je préfère ne pas randonner avec mon bébé, je vais attendre qu’il soit plus grand… »!

D’ailleurs, pour savoir ce qu’il faut faire et ne pas faire avec un enfant en randonnée, je vous invite à lire la suite de cet article… qui a été publiée sur l’excellent blog Randonner Malin!

 

(4556)

2 commentaires sur « Randonner avec un bébé: Mode d’emploi »

  • Merci pour cet article !

    J’ai bien envie de refaire des randonnées. Nous avons repris les ballades à vélo à la fraiche. C’est l’équilibre que nous avons trouvé entre le besoin de nature et le besoin de sécurité notamment en ce qui concerne les tiques. Mais ce n’est pas le même plaisir non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sourires