Santé

Syndrome du Manque de Nature: Quels Dangers pour nos Enfants?

 

rouquin

Photo: jimmy brown

Le constat est sans appel: nos enfants passent de plus en plus de temps
enfermés et tenus à distance de la nature. Augmentation du temps passé
devant les écrans, multiplication des activités ayant lieu entre 4 murs,
urbanisation des modes de vie, chute libre des classes vertes…

De plus en plus d’études prouvent pourtant que les enfants ont besoin de
nature et les conséquences de l’enfermement de l’enfance commencent à être
pointées du doigt.

Il est donc temps de prendre conscience de ce phénomène que certains
appèlent le Syndrome du Déficit de Nature (« Nature Deficit-Desorder »,
Richard Louv, 2005). Heureusement, les solutions peuvent être simples et à
la portée de tous. Le tout est de réagir!

Vous pouvez écouter le podcast directement sur le blog en cliquant sur le bouton Lecture.  Pour enregistrer le podcast sur votre ordinateur et l’écouter en faisant la vaisselle par exemple, en faisant un clic droit ici, puis Enregistrer le lien sous. 

 

Maux engendrés ou amplifiés par le Syndrome du Manque de Nature

Le manque de nature est rarement la cause unique de l’apparition de l’un
ou l’autre de ces maux. Mais les chercheurs constatent que le recours aux
médicaments pour traiter certaines maladies est amplifié quand les enfants
sont déconnectés de la nature.

mal-au-coeur-en-voiture

Photo: David K

Voici quelques-uns de ces maux et certaines de leurs causes, pouvant être
liées à un manque de nature:

Obésité: lire à ce propos l’article « Vos enfants souffrent-ils du premier
symptome du Syndrôme du Manque de Nature? »

Diabète, maladies cardio-vasculaires, asthme: addiction aux sucreries: un
enfant absorbé par des activités intenses de jeu au plein air aurait
tendance à beaucoup moins « grignotter » (dans le cas du diabète), manque
d’exercice physique, d’air pur

déficit d'attentionTroubles de l’attention, difficulté à se concentrer: excès de jeux vidéos
ou de télévision, manque de jeux libres au plein air, manque de verdure

Troubles du comportement, hyperactivité, agressivité: excès de jeux vidéos
ou de télévision, manque de jeux libres et d’activités physiques au plein
air, dans des lieux riches en nature, en biodiversité

Repli sur soi, tendance à l’isolement: mode de vie sédentaire à l’excès,
télévision ou jeux vidéos comme principaux loisirs, absence d’occasions de
jouer avec d’autres enfants dans un endroit de nature, riche et stimulant

Altération des perceptions de la réalité (moins de capacité à percevoir le
danger, à connaître ses capacités physiques, à identifier ses sentiments
et ceux des autres, à adopter un comportement responsable): trop de temps
passé devant un écran, manque de temps de jeu libre dans la nature

Myopie: trop de temps passé à l’intérieur (manque de lumière naturelle),
devant des écrans

Carrence en vitamine D: pas assez de temps passé à l’extérieur, au soleil

A cause d’un développement sans précédent de ces différents maux, les
professionnels de la santé craignent désormais que les enfants
d’aujourd’hui n’aient une espérance de vie plus courte que
celle de leurs parents (voir notamment Grover S. et al., The Lancet Diabetes
& Endocrinology, 5 décembre 2014.).

 

 

Photo: Dean Shareski

Des solutions simples pour lutter contre le Déficit de Nature

Une « dose » de nature serait un excellent complément, voire parfois même
une alternative, au traitement de tous ces maux. Si cela est encore temps,
mieux vaut en tout cas utiliser cette « dose » en prévention!

Quelques suggestions pour que nos enfants aient leur « dose » de nature

Temps de jeu libre dans la nature: plus souvent, plus régulièrement et de
façon plus active

Bain de verdure: aussi souvent que possible, dans des lieux forts en
nature (grands arbres, ruisseau, rochers, herbes folles…)

Cours d’écoles: plus d’espaces verts. Mais pas seulement pour le plaisir
des yeux: jardins, bosquets, moins de bitume, plus de biodiversité

Temps scolaire: mesures pour faciliter les classes vertes et sorties
nature, outils et formations des enseignants pour « utiliser » la nature de
proximité comme laboratoire au service des apprentissages

Aménagement urbain: trajets sécurisés pour se rendre à l’école à pied,
espaces de jeux pour les enfants plus emprunts de nature, moins
d’interdits limitant le jeu libre dans les parcs

Outils et formations à destination des parents pour les accompagner vers
une éducation plus « nature » de leurs enfants

pieds-dans-leau
Sur les banc de l’Ecole de la Nature!

Conclusion

Nous avons un recours sans précédent aux médications et à l’aide de
spécialistes pour assurer la santé et l’équilibre de nos enfants. En
parallèle, nous élevons la génération d’enfants la plus coupée de la
nature que l’humanité ait connue… Permettez-moi donc d’être convaincue
du lien entre ces deux phénomènes!

S’il est un conseil, simple et la portée de tous, que j’aimerais relayer,
c’est le suivant:

   1 heure par jour de nature pour chaque enfant! 

Cela aurait fait rire nos aïeux, qui auraient sans doute eu bien du mal à
trouver une journée avec moins d’une heure passée dehors, dans la nature,
adultes comme enfants. Malheureusement, l’heure n’est plus à la rigolade,
maintenant agissons!

N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous. Et que diable,
mettez vos enfants dehors! 😉

 


Pour aller encore plus loin sur ce sujet, je vous invite à découvrir l’excellent diaporama de Sarah Wauquiez:

Syndrôme_du_Manque_de_Nature

 


(Jingle du podcast: source sonore: www.universal-soundbank.com, Chant d’oiseaux variés et Senegal – inst : Tambours – Voix)


 

 

(1910)

6 Comments

  1. Ca motive pour les mettre dehors ! 😉

    Concernant les aspects « troubles de l’attention, difficulté à se concentrer » : une étude récente suggère qu’être entouré d’espaces verts permet d’augmenter sa capacité de concentration, en particulier pour des enfants atteints d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité. Pour ceux qui lisent l’anglais : Faber Taylor A, Kuo F. E. M. Could exposure to everyday green spaces help treat ADHD? Evidence from children’s play settings. Applied Psychology: Health and Well-Being, 2011.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *