Témoignages

[Témoignage] Bivouac en famille

  J'ai aujourd'hui le plaisir d'inaugurer la rubrique TEMOIGNAGES avec un récit peu commun. Découvrez sans attendre les aventures de cette famille (presque) ordinaire qui n'a eu peur ni de la pluie ni de l'automne pour tenter un bivouac... en forêt! Je laisse la parole à papa ours pour le récit de ses aventures... Avec sa joyeuse famille, il vous a même concocté une petite surprise, en vidéo. Mais je ne vous en dis pas plus!   Bonjour et merci à Emilie, de nous laisser un espace d’expression sur les aventures familiales en nature.

Pour situer l’intrigue,

il faut retenir que le papa du club des cinq, est un féru survivaliste ex militaire, souvent en bivouac, dans des endroits reculés. Fréquemment sous prétexte que Lou 5 ans, que Max 7 ans, et Joe 8 ans (pas bien grand tout ça!), papa ours, file seul poser son hamac entre deux arbres, mais cette fois-là, Loupiotte, toujours bien éclairée a voulu en être et s’est volontairement exprimée sur la frustration d’avoir un papa qui seul en profitait. Papa ours a grogné, s’est gratté derrière l’oreille en faisant mine sévère, puis s’est demandé: "Mais que vais-je en faire ?" Joe dit « Barbibule », l’inventeur, rajoute implacable : « Une cabane, ça fait deux ans que tu nous en parles, comme chez les commandos, et comme ça, nous pourrons y passer la nuit… » « Euhhhhh…alors, pour 5…hum hum… c’est chaud ton affaire. » grommelle encore papa ours. Le petit blond, Max, se tait mais croise les bras comme son paternel. « Ben, pas assez d’eau, pas assez de temps, il reste à peine 5 heure de jour, et puis dormir dehors la nuit, c’est délicat pour des pitchouns. Faudrait… »

Maman ours coupe court et rajoute :

« Faudrait donc s’y mettre à 5 pour que cela tourne. Où est-ce qu’on s’installe ? » « Ben, c’est que…bon…pfffff. On va se diriger un peu plus loin, là-bas j’ai repéré un endroit plus sec. » Papa ours tente un dernier coup et en quelques minutes monte ce qui pouvait ressembler à un abri d’observation provisoire, mais tout ça, sans faire participer les enfants. Il sort l’appareil photo, prend un cliché, puis se prépare innocemment à bivouaquer.
cabane
Heu...
 

Bien évidemment les enfants et la maman, se regardent...

...en se demandant si la pluie ferait l’effort de tomber un peu plus loin que les grands trous béants au-dessus de leur tête. Ils rient puis questionnent sur la qualité du coucher. Dubitative, maman ours regarde papa ours avec le regard qui tue… Trois secondes après, papa ours comprend avec un sourire d’humour complice qu’il était largement temps de transmettre son bonheur de bâtir. Alors en distribuant les tâches, à la hauteur juste de la taille des petits bras, le club des 5 dresse en 4 heures un abri, digne d’un 4 étoiles.
Bivouac en famille
Joe, Max, Lou et papa ours
 

La suite fut délectable,

dans le sac de papa ours, il y avait des barres de chocolat, et de la banane séchée, (et je ne prends pas de photo de chocolat et de bananes) et je ne sais pas quel peut bien être le régime des ursidés ailleurs, mais chez nous, c’est fortement apprécié ! Et puis la grande ombre a commencé à se poser, le lit était dressé, mais en cette période humide (septembre), ça commençait à friscotter. Le feu toussa un peu, il avait dû prendre froid, mais très vite, il se mit à briller dans les yeux. Emberlificotés dans les bras, le club des 5, passait sa première nuit mémorable, dehors.  
feu-de-camp
(photo d’un autre bivouac de nuit)
 

Au matin, yeux rougis et appétit d’ogre,

le club des 5, a fait ses étirements et s’est frotté les visages avec la rosée des végétaux. Toute une aventure, pour des petits chats ébouriffés! Depuis le club des 5 enquête, sur le terrain grâce aux supports qu’Emilie à semés généreusement sur sa route. Empreintes, sons, couleurs, odeurs Oh, Papa ours il savait faire, seul, pas pour des enfants, mais maintenant, il court derrière…è-é.   

Et maintenant, la surprise: Inukshuk, la vidéo!

Avant de se quitter, le club des cinq partage avec vous une de ses pratiques familiale préférée: le Stone balancing, ou l'art éphémère des pierres en équilibre. Mis en scène ici avec humour et à propos d'un savoir faire ancestral inuit: l'inukshuk. Quelques précisions de l'auteur:
Il faut savoir, selon mes sources, que l'inukshuk, servait de trompe l'œil pour les ours polaires. Les empilements de pierres, étant plus probablement de la taille d'un homme, aux abords des villages. L'ours chargeait alors l'inukchuk, qui s'effondrait en plein de morceaux, créant une panique d'incompréhension chez l'animal, courageux mais pas téméraire...L'ours n'était pas blessé, et il s'enfuyait sans demander son reste. 
Restait juste à rebâtir l'inukshuk. Le village était sauf. 
C'est la trame donc de notre petit micro film...

   Ce témoignage vous a plu? Vous aussi envoyez votre propre témoignage, directement à l'adresse suivante: emilie.lagoeyte@eveil-et-nature.com  

Hello ami-e nature !

Nous vous proposons d'accéder à tous nos outils en ligne.

Il vous suffit de vous inscrire à Eveil et Nature...
C'est gratuit !

4 Comments

    1. Merci à toi, Jimmy, ainsi qu’à ta joyeuse troupe!
      😉
      Excellente continuation dans vos aventures familiales en forêt, et… à très bientôt!
      Emilie

  1. Bonjour Emilie
    Bravooo! Super bonne idée vette rubrique
    Et ce temoignage sur la chasse a l’ours ets TRES sympa!
    Bravo à la famille

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *