Témoignages

[Témoignage] Ils ont eu une éducation nature. Que sont-ils devenus?…

Laurence, ses enfants sont grands désormais. Il y a quelques jours, elle se retrouve toutefois sur les pages d’Eveil et Nature et m’adresse en commentaire ce message qui m’a profondément touchée:

Bonjour et grand MERCI pour votre guide avec lequel je ne peux être qu’en osmose.
Pour tout vous dire, mes enfants sont maintenant bien grands et j’attends avec impatience d’être mamie.
Vos écrits m’ont replongée quelques années en arrière, et les souvenirs de promenades en forêt, dans les sentiers côtiers me sont revenus en mémoire. La création d’une mare dans le jardin a été aussi (et est toujours) source de découvertes bien enrichissantes.
Cette « éducation », issue elle-même des moments de mon enfance vécus avec ma grand-mère, a porté ses fruits puisque mon fils aîné est maintenant chercheur dans le domaine des zones humides, et le dernier est ingénieur en chimie verte.
Ma fille, qui elle a fait « Sciences Po », se passionne maintenant pour le jardinage!
Cette « Education Nature » comme vous dites, va bien au-delà d’une simple découverte sensorielle, puisqu’elle apprend l’humilité, l’ouverture aux autres, le respect de la nature et donc de l’être humain.
Continuez votre démarche, elle est si belle !
Je souhaite quant à moi utiliser vos « outils » pour sensibiliser des enfants de ma ville, lors d’animations diverses, mais aussi, pourquoi pas, près de personnes âgées…
Merci encore et bonne continuation!
Laurence R.

Je lui propose alors de m’en dire un peu plus à propos de ses enfants, de son histoire. Et sans hésiter, elle accepte de partager cela avec nous tous, jeunes parents, qui rêvons du meilleur pour nos enfants. Voici donc son si joli témoignage…

 

« Rêver le meilleur pour nos enfants… »

famille-nature

 

Comme l’a écrit si joliment Emilie, je suis une « maman nature »,

dont les enfants sont déjà grands ( 31, 27 et 24 ans).

Petite fille, j’ai eu la chance de grandir dans une maison avec un jardin, où nous avons fait, mon frère et moi, nos premières «  expériences-nature » :

  • les courses d’escargots ou de crabes lorsque nous étions au bord de la mer
  • les têtards que nous allions pêcher et que nous ramenions à la maison pour observer avec grande attention leur métamorphose (Tiens tiens, cela me fait penser à la table-nature….)
  • le petit bout de jardin, que notre grand-mère avait mis à notre disposition, qui était devenu le théâtre de jeux imaginaires
  • l’élevage de fourmis, que nous avions crée dans une boîte à chaussures, sans qu’aucun adulte, aucun livre ne nous l’ait directement enseigné ! Les sollicitations sensorielles, les jeux d’imagination ainsi que le confort affectif qui nous enveloppaient avaient sans doute favorisé nos premières démarches d’apprentissage scientifique.

frere-soeur-nature

Plus tard, je suis devenue professeur spécialisé pour enfants déficients auditifs (ma tante étant atteinte de ce handicap), et je n’ai eu aucune difficulté à promouvoir une pédagogie basée sur le concret, avec une démarche conduisant peu à peu vers la conceptualisation. (là encore, je pense aux conseils d’Emilie)

 

Puis,

l’Amour m’a fait rencontrer celui qui allait devenir mon mari !

Né à Paris, éduqué de manière stricte, il passait ses vacances en Bretagne, dans la ferme de sa grand-mère.

Et là, c’était la liberté :

-courir dans les champs

-participer aux travaux de la ferme

-faire des petits moulins dans les ruisseaux

-pédaler sur les routes de campagne….

enfants-autrefois

Il est devenu ingénieur agronome.

Maintenant maire de notre commune, Dol de Bretagne, il met en actions, avec son équipe, les valeurs du développement durable .

Nous avons trois enfants,

qui portent tous un peu de moi, un peu de leur papa, tant sur le plan physiologique, mental, affectif et spirituel, qui sont les trois aspects de l’équilibre humain.

Comme tous les enfants, ils nous ont observés (et cela continue), nous leur avons servi de modèle :

-les promenades en forêt, sur les sentiers côtiers

-les après-midis sur la plage, ou dans les rochers à explorer les mares…

-l’entretien écologique de notre jardin

-la présence d’animaux : poissons, lapins nains, hamsters…et une poule, qui est devenue l’emblème de la cabane chambre d’hôtes, au fond du jardin, dont je m’occupe maintenant.( www.tycotcot.fr).

-notre engagement paroissial, notamment dans les actions solidaires, auxquelles ils ont participé

Que sont-ils devenus ?

Sébastien (31ans) :

Très tôt attiré par l’eau, il a passé de nombreuses heures à « taquiner le poisson », par plaisir. Sitôt pêchés, les poissons se trouvaient remis à l’eau, avec un p’tit bisou avant de partir…

enfant-peche

Adolescent, il a creusé, aidé de ses copains, un bassin dans le jardin.

Ce lieu est devenu source de nombreuses observations et de belles surprises :

-grenouilles

-tritons

-insectes d’eau

-nénuphars récupérés par mon mari dans la rivière, avec la bêche de mon grand-père…

Toutes ces interactions « nature-maison » ont certainement contribué à développer chez Sébastien une carrière tournée vers la nature : il est chercheur, dans le domaine de la télé-détection des zones humides.

Elaine ( 27 ans) :

C’est surtout le monde animal qui l’intéressait, au point de se lever 3 fois dans la nuit, à 7 ans, pour vérifier que le caneton, acheté la veille pour ma leçon de langage près des enfants sourds, ne manquait de rien…

Avec ses copines, elle a mené des actions de solidarité au sein de son lycée.

Diplômée «Sciences-Po », elle est sur le point de créer son entreprise d’aide aux clients qui souhaiteraient développer un projet européen au sujet du développement durable.

Et la voila qui se passionne pour le jardinage, alors qu’elle n’était pas attirée par le monde végétal !

La petite graine semée en elle s’est réveillée…

devenir-maraichere

Vincent (24 ans) :

Notre « petit dernier » s’est imprégné de l’atmosphère de la maison et a construit son chemin.

Il était surtout très attiré par les escargots, qu’il essayait de dénicher sous les feuilles, dans les trous des murs…Il a tenté d’imiter son frère dans le domaine de l’aquariophilie, mais avec moins de succès.

Il est devenu, à notre étonnement, ingénieur chimiste, et prépare en ce moment une thèse sur la chimie verte, où il doit réaliser des expériences aquatiques.

bebe-et-escargot

 

Oui, nous sommes fiers de nos enfants, de leurs parcours, où les liens nature-famille-école ont créé une cohérence de vie, les conduisant vers le respect de la nature, et donc de l’être humain.

Ils deviendront à leur tour jeunes parents, comme vous, et imagineront sûrement des outils, comme vous, pour contribuer au bonheur de leurs enfants et à celui de l’humanité.

Et moi, je suis prête à devenir une « Mamie nature » !

Bonne route !

mamie-nature

Merci Laurence!…

A nous de jouer maintenant, semons nos petites graines pour un éveil tout en nature de nos enfants… qui deviendront grands, eux aussi! 

 


 

Crédits photographiques: Image à la une et bandeau: Jason Mulcahy, puis par ordre d’apparition: stanley yuuRikki RiverapellethepoetEJ Foxkris krügPatricia StockebrandPeter P.

Toutes ces photos ont été choisies pour illustrer les propos mais ne représentent pas réellement les personnes citées.

 

(5341)

9 Comments

  1. Merci pour ce témoignage d’inspiration à laquelle j’aspire bien volontiers…!

  2. Témoignage très bien écrit et intéressant. La cabane chambre d’hôtes, les services proposés, et son environnement ont l’air top ! Ca donne envie de rencontrer cette dame 🙂

    1. Et j’oubliais, car cela va de soi, c’est très rassurant de voir quelque part que ce qu’on fait porte ses fruits. J’espère réellement inculquer ce goût de la nature à mes filles et je pense être en bonne voie.

  3. Magnifique témoignage! J’avoue j’en ai un peu les larmes aux yeux car pendant longtemps pour moi, cette nature a été un peu le paradis perdu. Elevée dans les paysages luxurieux de l’île de la Réunion, tout le temps dehors dans le jardin, je me suis retrouvée du jour au lendemain dans les paysages bétonnés de la banlieue parisienne, sans avoir rien demandé. Tout s’est enchaîné, le manque grandissant de nature, la déprime… jusqu’à ce que je sois en âge de changer les choses en revenant à cette chère nature, un appel qu’on ne peut ignorer.

    1. Toi aussi, Cécile, tu nous offres là un témoignage court mais émouvant! Avec un happy end…
      A nous maintenant, parents, d’offrir un happy begining à nos petits! 😉

  4. Quel bonheur de lire le témoignage de Laurence et quelle joie et envie ça me donne pour nos prohaines années en famille. J’ai également grandis dans une fraterie à 3 avec des parents educateur et sensible à la nature, la solidarité pour GRANDIR était leur crédo ! Et nous voilà aussi bien grands maintenant (34,30 et 24) moi chargée de projet dans l’éducation à l’environnement, ma soeur documentaliste au Ministère de santé public du Québec et mon frère chargé de développement culturel dans un Cinéma Municipal. Nous sommes très tournés vers les autres et aimons partagé le besoin et cete évidence de préserver l’environnement.
    Merci aussi à toi Emilie pour ce partage entre amoureux de la NATURE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *