Témoignages

Montréal: témoignage d’une éducatrice inspirée de nature

Jennifer, la nature, c’est sa potion magique. Un rapide coup d’œil à sa page facebook, et l’on comprend immédiatement quel est le cheval de bataille de cette éducatrice: les enfants, c’est dehors que ça pousse le mieux!!

Ces derniers temps, c’est au Québec qu’elle sème ses « Graines de Jenny ». Et vous savez quoi? Même si elle n’avait pas voulu le faire, elle aurait été obligée de mettre les enfants dont elle s’occupe dehors, chaque jour, même si il fait -15°C. Car là-bas, c’est la loi! Alors tant qu’à faire, elle s’en acquitte joyeusement!

Jennifer, à toi la plume…

graines-de-jennyTout commence lorsque je fais des recherches sur la question du plein air avec les enfants de moins de six ans… Je tombe alors sur le blog d’Emilie où je visionne la vidéo de sa promenade avec sa fille. Coup de coeur de cette vidéo où j’observe une petite fille où l’adulte laisse une place complète de son imaginaire… En la laissant observer, tester des objets, ramasser…

Je m’inscris donc à sa « newsletter », et je reçois la semaine dernière le mail où elle propose que nous partagions nos propres expériences… Et pourquoi pas moi ?!?!

maman-nature

Chacha Kerjan illustratrice

Une petite présentation…

Une éducatrice de jeunes enfants qui veut les emmener dehors… même en ville!

Après une enfance entourée par des champs et dans la ferme de mes grands parents, je suis partie faire mes études à la capitale. A Paris, j’ai été alors confrontée à une manière de vivre différente de celle que je connaissais, loin de la verdure, des produits frais du jardin et des petits bocaux de mamie.

Durant l’année 2014, j’ai travaillé dans une halte garderie au sein d’un village vacances nature au fin fond de l’Auvergne. Nous étions entourés par une rivière, des montagnes et des sapins. Puis, je suis retournée travailler dans une halte garderie parisienne. Je me suis alors retrouvée entourée par des immeubles et un petit espace carrelé pour que les enfants jouent. Pas un brin d’herbe… J’ai commencé alors à me questionner de quelles manières je pouvais permettre aux enfants d’avoir un lien avec la nature. J’utilise les feuilles, les quelques escargots ou araignées que l’on peut croiser. J’ai aussi constaté qu’aller jouer dehors avec les enfants demandait une bonne organisation et surtout une motivation des professionnelles (surtout l’hiver). Pour des raisons que j’ignore encore, je n’ai jamais vu une plante dans une des structures où j’ai pu aller !

nature-ecole
« Pas une plante à l’horizon dans cette garderie?? »

Lors de ma formation, nous parlions souvent des pédagogues dits « alternatifs » avec E.Pikler, Rousseau, Freinet… Je m’y suis replongée après ma formation, et heureuse surprise ils parlent beaucoup de ce ce lien entre l’Homme et la nature…

Le métier d’Educateur de jeunes enfants trouve son origine dans celui de jardinière d’enfants créées par Froëbel. Le fondement de sa philosophie éducative cherchait à réaliser l’union complète de l’Homme et de la nature qui l’entoure. Pourquoi l’a-t-on oubliée dans l’accueil quotidien du jeune enfant dans les structures collectives ?

Partage d’une expérience nature avec des enfants à Montréal

Depuis quelques années, j’avais le projet de partir au Canada… En Mars dernier, je m’envole pour la province du Québec pour un an avec un visa vacances travail. Durant cette expérience, je souhaite découvrir ce pays mais aussi travailler en tant qu’éducatrice petite enfance.

Ma curiosité m’a amenée à me renseigner sur l’accueil petite enfance bien avant le départ…

Une chose m’interpelle, voici les articles :

39. Le titulaire d’un permis (permis de centre de la petite enfance ou de garderie)ndla doit mettre à la disposition des enfants qu’il reçoit l’un ou l’autre des espaces extérieurs suivants:

1° un espace extérieur de jeu entouré d’une clôture sécuritaire d’au moins 1,20 m de hauteur situé à moins de 500 m de l’installation auquel il a accès pendant les heures de prestation des services de garde et dont la superficie minimale doit être de 4 m2 par enfant en considérant que l’on puisse y recevoir, en même temps, au moins le tiers du nombre maximum d’enfants indiqué au permis;

2° un espace extérieur de jeu pour enfants, situé dans un parc public à moins de 500 m de l’installation, délimité par une clôture et accessible pendant les heures de prestation des services de garde.

Cet espace doit être aménagé de façon adéquate et sécuritaire et, s’il est doté d’une aire extérieure de jeu, celle-ci doit être adaptée à l’âge des enfants reçus.

La distance de 500 m est mesurée en tenant compte du plus court chemin pour la parcourir à pied en toute sécurité.

D. 582-2006, a. 39.

114. Le prestataire de services de garde doit s’assurer, que chaque jour, à moins de temps inclément, les enfants sortent à l’extérieur dans un endroit sécuritaire et permettant leur surveillance.

Quoi ici, c’est une obligation de sortir à l’extérieur avec les enfants dans tous les services de garde à la petite enfance et même en plein hiver !!! Intéressant…

bebe-dehors-froid

Vous allez me dire, une sortie nature à Montréal ?!?! Pour moi la nature, je trouve intéressant de l’élargir à tout ce qui se passe à l’extérieur, dehors, dans la rue, dans le parc…

Sortir, c’est prendre conscience de son milieu de vie.

Accueil du jeune enfant au Québec

Tout d’abord, il me semble nécessaire de vous décrire l’accueil du jeune enfant au Québec.

Les Centres Petite Enfance sont les principales structures collectives avec les garderies privées et les services de garde en milieu familial (équivalent aux assistantes maternelles en France). Ces services de garde accueillent les enfants jusqu’à 5 ans. En effet, au Québec, la scolarisation des enfants se fait majoritairement à 5 ans ! Pour plus de détails sur la petite enfance au Québec, vous pouvez cliquer ici.

Le taux d’encadrement est le même qu’en France (petit rappel : 1 adulte pour 5 enfants qui ne marchent pas, et 1 pour 8 enfants qui marchent). La différence avec la France, c’est qu’un éducateur a sa propre salle (appelé aussi local ou classe) avec ses 8 enfants. Je dis « ses » car l’éducateur devient alors référent des 8 enfants qu’ils accueillent. Dans le CPE où j’ai travaillé, il y avait 3 groupes d’enfants âgés de 4 à 5 ans situés au 2ème étage. Des activités sont communes, d’autres non. Les repas se font dans les locaux. Chaque groupe a un nom attribué ici des noms d’insectes: les grillons, les frelons et les scarabées.

Le CPE ouvre à 7h30. Jusqu’à 8h30 environ, les enfants sont accueillis dans la même salle, celle du rez-de-chaussée, la pouponnière. Puis, tout le monde sort dans la cour. Il a rarement plu cet été à Montréal lorsque je travaillais. Quand le temps ne permettait pas de sortir, nous montions dans une des classes au premier étage.

A 9h30, chaque groupe se retrouve dans sa classe pour la collation et discuter du programme de la matinée. Pour les 4-5 ans, c’est sorties quatre jours sur cinq. C’est de cette partie de la journée que je vais vous parler aujourd’hui.

petite-enfance-quebec
Chaîne de bambin, à Montréal

Des sorties quotidiennes à l’extérieur dans un CPE

  • Connaître son quartier : un petit tour dans l’université de Montréal et son jardin

Un enfant au CPE passe 5 jours par semaine dans un CPE qu’il soit dans son quartier ou non.

Aller se balader, c’est lier son accueil avec son quotidien. Ainsi, il peut repérer des lieux qu’il connaît, en parler avec les autres enfants ou avec les éducateurs.

Il me semble que ces sorties permettent aussi de développer la confiance des enfants à travers les promenades au sein d’un environnement immédiat et réel et surtout sans que la crainte d’un accident . Le risque 0 n’existe pas mais un travail de prévention et de sécurité pour organiser les sorties permet de responsabiliser les enfants. Ils ne sont plus passifs mais actifs dans la sortie.

  • Des cigales à Montréal

A Montréal, il y a pleins de cigales dans les arbres que nous entendons toute la journée. Tôt le matin, nous pouvons les observer sur les troncs d’arbres. Eric, un des éducateurs, en ramène une régulièrement qui l’a trouvé. Elles sortent juste de leur chrysalides et les enfants peuvent observer son changement de couleur et le déploiement de leurs ailes… Ils la déposent ensuite sur un tronc d’arbres de la cour de jeu pour lui redonner sa liberté.

  • A pied, en bus et en métro… à la découverte urbaine!

Prendre le métro ou le bus avec 24 enfants pour trois éducateurs. Cela semble presque suicidaire niveau stress ! Ici les éducateurs ont confiance aux enfants qu’ils accueillent. Et j’ai été très surprise que prendre le métro et le bus avec eux, ça devient « easy » ! Cela demande une organisation de la part des éducateurs pour assurer une sécurité et un bon moment pour tout le monde sans passer son temps à redire les règles.

  • De nouvelles aventures

Clara propose d’aller à un nouveau parc. Les éducateurs s’organisent pour y emmener les enfants. Ils lui demandent si elle sait de quelles manières s’y rendre. Clara, 5 ans, nous dit le numéro de bus et l’arrêt. Après vérification, c’est bien cela! Alors c’est parti, ce matin, nous irons jouer dans ce nouveau parc! Tous dehors pour un développement multidimensionnel ! Parce que dehors, les enfants bougent, crient, jouent ensemble et coopèrent pour s’essayer à des structures de jeu plus complexes que celles des CPE.

  • Un petit tour au marché

Nous passerons aussi une journée au marché où nous avons rencontré avec les fermiers. Nous avons même eu droit à des dégustations : huile de truffe, anguilles séchées, chocolat à la vanille, sorbet à la framboise.

  • Un pique-nique sur le Mont Royal

Tous les mardis et jeudis, c’est pique-nique!

Les enfants emmènent le pique nique préparé par le cuisinier dans leur sac… hors de question que les éducateurs fassent tout le travail. Nous sommes une équipe, tout le monde participe! 🙂

Aujourd’hui, ce sera petite marche jusqu’au Mont Royal pour manger nos sandwichs avec vue sur la ville de Montréal et le fleuve Saint Laurent!

  • Sorties piscine

La ville Montréal a de nombreuses pataugeoires surveillées et gratuites. Nous y sommes allés au moins une fois par semaine. A Montréal, l’été, il fait très chaud, c’est plaisant de pouvoir aller s’essayer à mettre la tête sous l’eau, nager et jouer avec les jets d’eau de toutes sortes!

graines-de-jenny1Petite conclusion

Sortir dehors pendant l’accueil en structure collective, c’est offrir aux enfants de nouveaux défis infinis ! L’extérieur n’est pas juste un lieu de passage pour aller d’un point A à un point B mais un extérieur où il est possible d’inventer, de créer des jeux librement et spontanément, stimulant les rencontres, la motricité et l’intellect.

Merci Jennifer pour ton témoignage, tellement enrichissant…

Et vous, qui venez de lire ces lignes… avez-vous envie de réagir à ce témoignage? Souhaitez-vous partager votre propre expérience? Alors écrivez-nous quelques lignes en commentaire! 🙂


Liens utiles

Vous pouvez me retrouver par ici =>

graines-de-jenny

https://www.facebook.com/pages/Graines-de-Jenny/1573117516260795ref=aymt_homepage_panel

Pour en savoir plus sur la petite enfance au Québec

  • Le programme éducatif commun pour tous les services de garde au Québec

https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/services-de-garde/cpe-garderies/programme-educatif/programme-educatif/Pages/index.aspx

  • Règlement des services de garde à la petite enfance

http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=3&file=/S_4_1_1/S4_1_1R2.htm

  • Guide activités extérieurs pour les services de garderie

https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/Documents/SF_guide_act_exterieures.pdf

  • Programme de transition entre service de garde et milieu scolaire

https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/services-de-garde/cpe-garderies/programme-educatif/transition-milieu-scolaire/Pages/index.aspx

  • Autres

http://www.educatout.com/edu-conseils/strategie-apprentissages/sortir-a-l-exterieur-ou-pas.htm

http://www.educatout.com/edu-conseils/sante-hygiene/systeme-immunitaire-et-infections/jouer-dehors-bon-ou-mauvais-pour-les-infections.htm


Crédits photographiques: Mats ErikssonRishi BandopadhayChris Waits

(600)

7 Comments

  1. Merci pour ce récit d’expérience très enrichissant. Je suis mère de deux jeunes enfants à Paris et quand mon aîné allait en halte-garderie, j’ai été tristement frappée par le peu de temps passé dehors (dans une structure par ailleurs de très bonne qualité). Emmener deux enfants à la boulangerie était un événement exceptionnel… Et aujourd’hui je me renseigne sur les structures possibles pour mon cadet l’année prochaine. La crèche qui nous intéressait n’a aucun espace extérieur ! Les enfants vont parfois au parc mais l’année dernière, avec Vigipirate attentat, ils ne sont pas sortis du tout pendant plusieurs mois… Cela fait du bien de lire qu’il est possible de faire autrement.

    1. Merci Clémence ! C’est sur qu’à Paris, il y a peu de structures où il y a un espace extérieur. La ville ne facilite pas les choses non plus. J’ai eu l’occasion de suivre les démarches pour mettre aux normes un espace extérieur dans une halte garderie en bas d’un immeuble… ça fait un an et demi que je suis partie faire de cette structure, et la mairie a toujours pas validé.
      Voici une autre structure mais plus en région parisienne accès sur le jardinage et le « être dehors » avec les petits. Peut être que ces assistantes mat’ connaissent des structures à Paris :).
      https://www.facebook.com/orgemomes?fref=ts
      http://www.reporterre.net/Pas-un-jardin-d-enfants-Un-jardin-PAR-les-enfants-Et-en-permaculture-s-il-vous

  2. Bonjour Clémence,
    Je pense qu’en France, nous pourrions être des milliers à faire le même constat que vous. De nombreuses crèches ont des projets éducatifs excellents et les mettent en pratique avec beaucoup de tallent. Mais peu mettent l’espace extérieur au centre de leur projet.
    Certaines le font toutefois, et même à Paris!
    Je vous invite à jeter un oeil à cet article: http://next.liberation.fr/vous/2014/12/14/a-paris-des-petits-eleves-au-grand-air_1163474

    1. Merci Emilie ! Je retiens cette structure qui pourrait vraiment être la solution pour nous puisque nous cherchons une garde à temps très partiel.

  3. Bonjour Emilie,
    Et bravo pour ton blog. Continue à faire découvrir tous les possibles même avec de petits bouts.
    J’habite en montagne, et depuis la naissance de mon fils, TOUS les jours (pluie, neige vent, soleil etc…) nous sortons. (dans mon dos, ou à pied, poussette étant pour moi impensable…)
    Il a 2 ans et 3 mois et sait déjà aujourd’hui, à ma grande surprise, reconnaitre les orties (facile ça piquent…) le plantain qui soigne les piqures d’orties… il se soigne et me soigne avec… La campanule et la mauve que l’on peut manger en promenade, le colchique qu’il ne faut pas toucher car poison etc…. « L’éveil nature » commence très tôt…
    Et quel bonheur de le voir courir, escalader, ramasser, regarder le ciel tous les matins pour voir le temps qu’il fait!!!
    Bonne continuation à toi
    Bien amicalement

    1. Bonjour Claire,
      Merci pour ton message plein de soleil!!
      Et de témoigner de la façon simple et heureuse dont tu vis la nature avec ton enfant… Ça donne tellement envie! Je crois que les petits s’imprègnent naturellement de ce qu’on leur propose, les noms des plantes, même s’ils peuvent paraître un peu trop savants pour leur jeune âge, en sont un bon exemple… Ma fille aussi me le confirme chaque jour! 😉
      A très bientôt, ici, à Montréal ou ailleurs!!
      Emilie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *