120 jouets buissonniers et jeux nature avec ses enfants

jouer-nature-michel-scriveAvez-vous croisé ce génialissime guide d’activités? Jouer nature est paru en octobre dernier aux éditions des Presses d’Ile-de-France. Vous y trouverez des rubriques telles que “Jeux coopératifs”, “Jeux calmes et d’écoute”, “Jeux de bouts de ficelle”, “Terre et argile”, “Goût sauvage”, “Musique buissonnière” ou encore “Encres végétales”.

De quoi titiller le “parent nature” qui est en vous!

Et vous savez quoi? Michel Scrive, qui est l’auteur de ce livre, est aujourd’hui sur Eveil et Nature. Et il vous prend par la main pour vous accompagner dans vos débuts… Si, si!

michel-scriveVoyez plutôt cette vidéo grâce à laquelle il vous mettra sur les rails. Et si vous voulez aller plus loin, écoutez son interview! Elle est juste en dessous de la vidéo.

Les jouets buissonniers et tout ça, moi je débute… Comment me lancer?

Michel Scrive vous répond:

 

Un éducateur nature à Paris? Chouette, il va m’apprendre plein de choses!

Interview de Michel Scrive:

Pour écouter l'interview intégrale, utilisez la barre d'écoute ci-dessous.

 

Format texte de la vidéo:

michel-scriveMichel Scrive: Bonjour Emilie, bonjour les lectrices, les lecteurs d’Éveil et Nature.

Première chose à faire en sortant dehors, je pense, c’est de toucher, de sentir, d’explorer, de grimper, de faire plein d’expériences sensorielles. C’est le plus facile à faire pour commencer, donc je vous conseille vivement d’explorer.

Si vous ne connaissez pas les plantes, lavez-vous les mains après, parce que on ne sait jamais…

Mais en tout cas, prendre du plaisir, se cacher, sortir des sentiers battus. Il y a beaucoup de choses à toucher, on peut faire une dînette avec des glands, des marrons, des choses comme ça. Faire tourner, gratter, lancer, ya des petites plantes qui explosent, des choses comme ça…

Tout ça, ça va être de l’expérimentation et réapprendre à utiliser ses petites mains ! Ça se fait simplement, il ne faut pas beaucoup d’outils pour aller plus loin et faire des petits bricolages. Ça va être une vrille, un petit couteau que vous utilisez avec les enfants, un petit peu de colle si il faut, mais il ne faut vraiment pas grand chose.

Commencez, c’est vraiment pas compliqué !

Sinon, dans le livre, Jouer nature, vous avez plein de petites recettes pour faire des choses simples. Avec du lierre, des pissenlits, des marrons, etc. Qui sont des gestes et des jeux qui ont traversé les continents, les époques, qui ont longtemps existé quand il n’y avait pas de magasins de jouets. Préservons ces savoirs populaires pour qu’ils continuent à exister.

Et puis c’est bien de faire avec ce que l’on a, près de chez soi, avec des choses de saison, de s’adapter aux ressources locales, c’est important.

Donc profitez-en, allez-y !!

Je pense qu’il faut trouver la porte d’entrée qui vous plaît. Il y en a qui vont être très cuisine, très bricolages, très jeux, très couleurs, très patouilles… C’est à vous de trouver la porte d’entrée, vous le sentirez bien… Lire des histoires au milieu des arbres, farfouiller, observer…

C’est vraiment ça, dans votre plaisir, dans ce que vous aimez bien faire avec vos enfants, ce que eux aiment bien faire, ce que vous aimez bien faire que vous allez petit à petit vous sentir plus à l’aise et puis faire des expériences…

Commencez par des jeux simples si vous voulez bricoler, et puis petit à petit essayez de faire des choses plus compliquées.

Au niveau du livre, on a essayé d’être le plus clair possible pour des gens qui ne s’y connaissent pas. Les gens qui ont relu ne connaissaient pas ces jeux.

Et puis continuez… Les plantes ont plein de choses à nous raconter, il n’y a as que les animaux dans la nature.

Et puis questionnez les grands parents, pour voir un peu ces savoir invisibles qu’ils ont oublié. Des gens dans les villages pour voir ces savoirs s’ils s’en souviennent. Ou des gens qui viennent d’autres pays où ces savoirs existent encore. Il y a des gens qui viennent d’autres pays qui se souviennent enfants, qui redécouvrent en voyant ces jouets, ces sifflets en noyaux d’abricots, etc. Ça peut remonter, et on peut partager, essayer.

Faire à votre manière ! Les jeux dans ce livre sont des propositions, c’est à vous de vous en inspirer et de faire à votre manière, comme vous le sentez !

Plein de bonnes activités et à bientôt, sur Éveil et Nature, ou ailleurs !

L’interview:

Je sais pas vous, mais moi, cette 1ère rencontre avec Michel Scrive, ça m’a donné envie d’en savoir un peu plus. Je l’ai donc questionné sur la nature en ville, sur la Cop21, sur le jeu coopératif ou encore d’autres choses. Tenez, approchez vous, pour profiter vous aussi de ses réponses…

Peux-tu te présenter, Michel ?

Michel S: Je suis Michel Scrive, je suis animateur environnement et nature à Paris, et je fais beaucoup d’activités depuis pas mal d’années sur les savoir faire, sur l’utilisation des plantes, sur beaucoup de choses. J’ai publié Jouer nature, un livre d’activités et de jouets nature il y a un mois et demi.

Alors qu’on est en plein boum technologique, et que de plus en plus d’outils éducatifs sont à la disposition des parents, notamment sur écran vidéo ou tablettes numériques, de plus en plus de parents semblent se réapproprier l’espace naturel et les savoirs traditionnels pour éduquer leurs enfants.

Quel est ton point de vue sur ce phénomène?

Michel S: Pourquoi la nature ? Pour reprendre contact avec des choses vivantes, avec le temps, avec la respiration, avec le toucher. Plein de choses intéressantes et essentielles… Jouer avec la nature, jouer dans la nature, ça me semble très important !

Beaucoup de parents me contactent pour me dire que l’éveil à la nature, ça leur parle, mais que leur problème c’est qu’ils habitent en ville et que l’accès à la nature est compliqué pour eux.

Toi qui est éducateur nature au nord de la ville de Paris, quel message peux-tu adresser à ces parents?

Michel S:En ville, on peut faire beaucoup de choses. Il y a beaucoup de matériaux naturels qu’on peut trouver facilement : du pissenlit yen a partout, du plantain, du lierre, des glands, des marrons…

Les enfants d’avant utilisaient ce qu’on trouvait partout et facilement.

En ville, on parle de plus en plus de biodiversité, il y a des friches, il y a des parcs qui sont gérés un peu plus naturellement, il y a des matières qui sont vues comme des déchets qui peuvent devenir des ressources, des roseaux dans les parcs, des choses comme ça.

La nature est présente, il suffit d’ouvrir grand les yeux. A Paris, on peut trouver des faucons pèlerins, des faucons crécerelle, on peut trouver des hirondelles, on peut trouver différents types de fougères, des choses comme ça. Ça fait beaucoup de variétés de plantes quand on cherche bien, dans des petites rues pavées, dans le coin des murs, donc il y a des ressources, elles sont là.

Il faut se promener, il y a des endroits laissés un petit peu plus tranquilles, ça existe.

Actuellement a lieu la Cop21 à Paris, de grandes décisions sont prises concernant nos activités humaines, en espérant que cela amorcera une transition vers des comportements plus respectueux des équilibres naturels…

Comment envisages-tu cette transitions?

Michel S:En ce moment vient de commencer la Cop21, un moment important pour avoir le même discours, pour parler des problèmes qui ont l’air abstraits mais qui sont très concrets.

La transition, elle doit être au quotidien, en consommant un peu plus intelligemment, en mangeant des produits de saison, en essayant de retrouver des plaisirs simples, en partageant. Ces valeurs écologiques rejoignent beaucoup de valeur humaines pour moi.

Il faut partager, expérimenter, continuer, faire, un petit peu tous les jours, donc pas tout seul, c’est pour ça que des sites comme Éveil et Nature, comme beaucoup d’autres, sont très utiles.

Dans ton quotidien en Seine St Denis, perçois-tu des signes encourageants de cette transition?

Michel S:La Seine Saint Denis, contrairement à ce que véhiculent les médias, c’est un terrain d’expérimentation, de mixité sociale, beaucoup d’initiatives, citoyennes, écologiques.

Moi j’ai un réseau de dons [FreeCycle ndla], on est beaucoup de personnes à partager gratuitement ce dont les gens n’ont plus besoin. Il y a beaucoup de jardins partagés, il y a des AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), des réseaux de réparation, d’entraide. Sur la précarité énergétique, il y a des associations, il y a beaucoup, beaucoup d’initiatives. C’est très intéressant !

La transition existe, les gens ont envie de vivre autrement, en plus, des fois ils n’ont pas le choix…

C’est intéressant, c’est un territoire très vivant.

Dans ton livre “Jouer nature”, tu milites pour le jeu coopératif. Pourquoi est-ce important aujourd’hui de redonner sa place à ce type de jeux?

Michel S:Pourquoi le jeu coopératif ?

Coopérer… Dans la nature, la plante a besoin d’un insecte, les racines des arbres ont besoin d’un champignon, elles ont besoin des oiseaux qui viennent manger les parasites, il y a des tonnes d’interactions.

Le jeu coopératif, c’est soit on gagne tous ensemble, ce qui est un peu le jeu de la Cop21 en ce moment, soit on perd ensemble. A un moment donné, on a qu’une seule planète ! Et puis c’est bien aussi de savoir que l’effort collectif est récompensé.

C’est valorisant, c’est utile… Il y a beaucoup de jeux de compétition qui peuvent être transformés en jeu de coopération, avec pas grand chose, et ça laisse d’autres souvenirs. Il n’y a pas beaucoup qui ont perdu et un qui a gagné, il y a un bon moment qui est passé ensemble. Et dans la nature, c’est intéressant aussi.

Certains parents se rapprochent de la nature car ils pensent que cela est bénéfique pour l’épanouissement de leurs enfants. Il y a parmi eux des parents d’enfants dits hyperactifs, en décrochage scolaire, mais aussi des parents qui souhaitent simplement tisser un lien réel entre leurs enfants et la nature.

Toi, tu travailles au quotidien avec des enfants plutôt citadins que tu mets en lien avec la nature. Comment perçois-tu évoluer ces enfants ?

Michel S:En ville, il y a des enfants qui ont des relations très diverses à la nature… Il y en a qui ont l’habitude d’aller en vacances avec leurs parents, qui ont des grands parents, qui partent le weekend. Et puis il y en a qui ont à redécouvrir, un peu comme une langue étrangère, pas à pas, tranquillement.

Remettre les mains dans la terre, jouer, beaucoup jouer, ça permet d’appréhender plus facilement cet univers là. Travailler en petits groupes, échanger, raconter des histoires… Ya plein de portes d’entrée ! Faire des expériences scientifiques, regarder, etc.

Toutes ces expériences très variées qui vont de la cuisine, faire une bombe de graines, visiter des jardins, etc. Ça fait plein d’expériences qui s’empilent comme un mille feuille et qui s’empilent, qui enrichissent le vécu, les sensations. Et petit à petit, les enfants commencent à se dire que oui, c’est chouette d’avoir des coins de nature, dans la cours de l’école, dans son quartier.

Ça se fait petit à petit. Il y a un besoin, il est là, il est assez ressenti dans le nord est de Paris. Ça se diffuse et ça commence à être bien compris par tous le monde.

De plus en plus de parents sont en demande d’un coup de pouce pour apprendre à éduquer leurs enfants à la nature. Ton livre est une excellente réponse. Sais-tu si dans le même esprit il existe des ateliers pratiques du style “J’apprends à éduquer mes enfants à la nature”?

Michel S:Des endroits où les enfants peuvent faire des activités nature, il y a :

les clubs CPN (Connaître et Protéger la Nature) qui sont un peu partout en France. Sinon, c’est beaucoup de l’entreprise individuelle. Il y a des familles qui vont pique niquer ensemble en forêt, ce genre de choses.

Des activités d’ethnobotaniques, il y a des régions comme la Bretagne qui essayent de préserver ce savoir faire de jouer avec les plantes. Les traditions populaires qui sont des fois un peu maltraitées ou pas vues comme des savoirs et qui disparaissent. Donc c’est important de considérer ces choses qui maintiennent notre relation à la nature qui est beaucoup culturelle aussi.

Donc c’est un petit peu à nous de développer tout ça et de faire que ça ait de nouveau lieu.

Les éditions marchent bien, beaucoup de livres qui se diffusent sur des recettes nature, plutôt cuisine en général, ou jardinage. Il y a quelques livres d’activités, il en faut plus, avec des expériences pratiques. Moi j’essaye de transmettre la mienne, avec des exemples qui viennent de mon travail et de mon expérience personnelle.

Sinon, il y a d’autres pays comme la Belgique où il y a des raies structures qui font ça, et parfois les Centres Permanents d’Initiation à l’Environnement, CPIE, qui font de temps en temps ce genre d’activités.

Il faut vraiment que les jardins partagés et toutes les autres structures associatives développent de plus en plus ce genre d’approche.

Merci beaucoup à toi, Michel, passeur de nature… Moi, ça me donne super envie d’essayer tout ce qui est dans ton livre ! Et vous qui avez écouté cette interview, si tout ceci vous a donné envie de vous équiper de cet excellent bouquin, ou alors de l’offrir, et bien n’attendez plus, courez chez votre libraire, il est aux éditions des presses d’ile de france dans la collection des carnets habiter autrement la planète, au prix de 14 euros. Vous pouvez d’ailleurs le commander en ligne, sur le site www.presses-idf.fr, dont vous trouverez le lien juste en dessous de cette interview.

N’hésitez pas à venir nous dire ce que vous pensez de ce livre dans la rubrique des commentaires ou nous raconter comment vous l’avez utilisé…

C’était Emilie Lagoeyte pour Éveil et Nature, Je vous souhaite d’excellentes sorties nature en famille et je vous dis à très bientôt !


Pour acheter “Jouer nature”, c’est par ici:

librairie

Librairie de votre quartier

Ou par là:

jouer-nature-michel-scrive

 

 

“Plus de 120 jeux et activités nature
Jouer dans la nature et avec les éléments
Fabriquer ses jeux buissonniers”

http://www.presses-idf.fr/Jouer-nature.html

 

 

Et si vraiment vous ne pouvez pas faire autrement…

 

Par ici, on parle de ce livre:

michel-scrive-reporterre

La nature, quelle pédagogue !

3 novembre 2015 / Maëlle Guéroult (Reporterre)

 

Par là, vous rencontrerez Michel Scrive:

 

ateliers-pratiques-partage-savoir-faire-ecolos

Site sur lequel Michel partage ses savoir faire

http://www.ateliers-ecologie-pratique.org/

 

revue-silence-michel-scrive

Revue incontournable! Michel y écrit une rubrique sur l’écologie pratique.

http://www.revuesilence.net/

 

michel-scrive-reporterre_001

Là, c’est un article écrit par Michel, publié sur Reporterre

http://www.reporterre.net/Noel-dans-une-semaine-Voici

 

atelier-plantes-tinctoriales

Vidéo: Atelier de plantes tinctoriales sur Jardinons ensemble

http://www.jardinons-ensemble.org/spip.php?article1174&recherche=13%20juin%202009

 

Michel Scrive à la radio:

 

michel-scrive-franceinter

Où Michel est l’invité de Philippe Bertrand sur France Inter (à la minute 8’50)

http://www.franceinter.fr/emission-carnets-de-campagne-la-seine-saint-denis-55-0

 

michel-scrive-france-culture

Où Michel intervient dans l’émission Terre à terre sur France Culture, à propos du “Do it yourself”

http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-do-it-yourself-2013-09-07

 


 

 

 


Crédits photos: Michel Scrive, ActuaLitté (photo librairie)

 

(12098)

8 commentaires sur « 120 jouets buissonniers et jeux nature avec ses enfants »

  • Voilà qui donne effectivement envie d’aller chercher de la “matière première” en pleine nature. Ca tombe, bien on a des décos de Noël à réaliser avec les enfants. Nous allons de ce pas chercher de quoi faire des couronnes et des guirlandes!

  • “Il y a beaucoup de choses à toucher, on peut faire une dînette avec des glands, des marrons, des choses comme ça. Faire tourner, gratter, lancer, ”

    Cela fait bien écho à la théorie des « pièces détachées » (loose parts) de Simon Nicholson : les jouets sans utilisation préétablie – comme les éléments que l’on peut trouver dans la nature – seraient les plus utiles pour développer la créativité, car ils peuvent être utilisés de multiples façons et combinés entre eux selon l’imagination !

    • Ce qui fait écho à la fameuse approche Reggio, dans laquelle les enfants sont invités à l’exploration notamment par un environnement riche et stimulant, entre autre avec des éléments naturels et des “loose parts”…

  • Comment faire pour me procurer le livre jouer nature si j’habite le Canada!?!

  • Le meilleur conseil que je pourrais vous donner serait de demander à votre libraire! Je pense qu’il devrait savoir se le procurer!
    Mais sinon, je pense que des sites comme Amazon ou Price minster doivent pouvoir vous l’envoyer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sourires