Articles Bienfaits à l'école Ecole Interviews

Faire classe dehors: les conseils de Sarah Wauquiez

De plus en plus d’enseignants se lancent dans l’aventure: faire classe dehors. Les bienfaits sont multiples – pour les enfants comme pour les enseignants, d’où cet engouement. Mais quand on est enseignant et que l’on a pas l’habitude de faire classe dehors, par où commencer?

Pour accompagner vos premiers pas, Eveil et Nature a interrogé Sarah Wauquiez. Enseignante et pédagogue par la nature, elle a coécrit “L’école à ciel ouvert” paru en mars 2019 aux éditions de la Salamandre. Une mine d’or, richement illustrée et détaillée, pour les enseignants qui veulent se lancer dans l’aventure!

Eveil et Nature: Toi qui pratiques l’école à ciel ouvert, quels bénéfices constates-tu?

Sarah Wauquiez: Enseigner dehors permet: 

  • d’apprendre en situation réelle et de tisser des liens, 
  • est bon pour la santé, 
  • améliore l’ambiance de classe et la relation enseignant-enfant. L’enseignant découvre d’autres facettes, d’autres compétences de chaque enfant. 
  • Dehors, les compétences essentielles de la vie comme la collaboration, l’autonomie, la créativité, la communication, la motivation d’apprendre se travaillent plus facilement. 

Une enseignante m’a dit que depuis qu’elle enseigne dehors, elle a beaucoup plus de patience avec certains enfants en salle, parce qu’elle a pu se faire une image plus globale d’eux. 

Des enfants m’ont dit qu’on apprend vraiment des choses nouvelles dehors, que les leçons et les évaluations en sciences sont plus faciles maintenant, que ça les détent, qu’ils adorent raconter et montrer aux parents, frères et soeurs ce qu’ils ont appris et fait. 

Les paroles d’un enfant participant au projet alsacien “La nature, c’est la classe!”: “Au moins, ici, j’apprends des choses utiles que je peux transmettre à mes propres enfants.”

E&N: Qu’est-ce que cela implique comme changements de la part de l’enseignant de pratiquer l’école à ciel ouvert?

S.W.: L’exigence pour l’enseignant, c’est de savoir adapter sa posture. Il devient guide et modèle, plutôt transmetteur de respect, d’émerveillement, de savoir-être et de savoir-faire que de savoirs. Il doit apprendre à baser son enseignement sur ce qu’il observe, saisir les situations d’apprentissage qui s’y proposent, être créatif et spontané, se mettre en retrait et laisser les enfants être acteurs, les accompagner dans leurs découvertes, créer une ambiance de confiance et de liberté, sans crainte.

E&N: Y a-t-il des pièges à éviter?

S.W.: Penser qu’on peut planifier et enseigner pareil qu’à l’intérieur. Le temps s’écoule autrement dehors, la nature et l’environnement enseignent aussi, il y a plein d’imprévus et de situations d’apprentissage spontanées qui suscitent l’intérêt des enfants. Du coup, les enfants apprennent souvent plein d’autres choses qui ne correspondent peut-être pas aux objectifs que vous avez fixés pour la sortie. Conseils: Fixez peu d’objectifs, planifiez peu de contenus, lâchez sur le savoir en faveur du savoir-être et du savoir-faire, des compétences essentielles à la vie; faites avec ce que l’environnement vous propose et ce que les enfants questionnent.

E&N: Que conseilles-tu aux enseignants pour se former à ces pratiques? Pour faire le 1er pas?

S.W.: Commencez petit, par exemple avec quelques leçons dans la cour de l’école, et agrandissez pas à pas votre projet. 

Le guide canadien “L’enseignement extérieur” (enseignerdehors.ca), “Trésors du dehors” (tousdehors.be) ainsi que le livre “L’école à ciel ouvert” (enseignerdehors.ch) vous donnent plein d’idées en lien avec toutes les matières que vous pouvez réaliser autant dans la cour d’école que dans la forêt, le parc, au bord de l’eau ou dans un jardin en ville. 

Cherchez du soutien auprès des personnes qui pratiquent déjà l’école du dehors, ou des animateurs nature qui aimeraient vous accompagner dans cette démarche. Participez à des journées d’échange et des formations – elles sont en train de se mettre en oeuvre en France.

Pour aller plus loin:

L’école à ciel ouvert

Un ouvrage collectif de la fondation SILVIVA
Avec la collaboration de Sarah Wauquiez, Nathalie Barras et Martina Henzi

A découvrir et commander sur www.catalogue.salamandre.net

Le premier guide pour enseigner dehors

Repousser les murs de la classe pour enseigner en pleine nature  : folie ? Utopie ? Pour combler le déficit de nature des enfants, contextualiser les apprentissages et développer les compétences transversales, cet ouvrage est une véritable boussole et ces activités de précieux outils pour tous les enseignants prêts à tenter l’aventure pédagogique hors des murs de l’école. Il concerne aussi les éducateurs et les parents qui souhaitent accompagner l’éducation de leurs enfants en milieu naturel.

1 Comment

  1. très sympa votre article , donne envie d’aller voir vos liens de bouquins , fait rêver …. alors que je ne suis pas enseignante . Merci 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *