Interviews Retisser le lien à la nature

« Le lien »: Rencontre avec le réalisateur du film

le-lien1

Ils s'appellent Manon, Eva, Moufida, Mikaël, Dylan et Murat. Ils ont de 9 à 17 ans ans et grandissent entre les murs de leur cité, au pied des buildings.

Que connaissent-ils de la nature? Les pissenlits, les petites fourmis ou les pies qui sautillent au bord du parking... certains y ont prêté attention, d'autres pas du tout. Mais pour ce qui est des grands espaces, ils n'en connaissent rien, ou si peu...

Les voici tout-à coup entraînés dans une singulière aventure: pendant 10 jours, ils vont parcourir la vallée d'Aspe dans les Pyrénées, sac au dos et tête dans les étoiles.

Comment ces enfants des quartiers vont-ils vivre cette aventure? Comment cela transforme-t-il leur petite vie, l'espace d'une escapade et bien au-delà?

C'est ce que nous découvrons grâce à la caméra de Frédéric Plénard. Tout au long de leur cheminement, il suit pas à pas ces enfants: avant leur départ, alors que la montagne est encore un mythe pour eux, puis tout au long du séjour, grimpant sur les rochers, marchant au pas de l'âne ou cuisinant au feu de camp, et enfin après leur retour, quand à leur tour les enfants ont un message à adresser aux adultes...

Le résultat en est ce superbe film intitulé "Le lien", paru en décembre dernier.

J'ai proposé une interview à Frédéric Plénard. Mais près de 1000 Km nous séparaient... Qu'à cela ne tienne, Isa André Laclaverie l'a questionné pour moi, enfin pour vous!

L'interview de Frédéric Plénard:

Je ne sais pas vous, mais à ce stade, moi je me dis...: "LE FILM! LE FILM! Je veux voir ce film!!!"

Dans un 1er temps, vous pouvez découvrir...

La bande annonce du film:

Ensuite, vous pouvez vérifier s'il n'y a pas une projection prévue près de chez vous. Pour cela, rendez-vous sur le site Le lien - le projet:

le-lien-le-projet

Et vous savez quoi? Vous pouvez aussi...

Devenir Ambassadeur du projet!!

Si vous êtes convaincu-e que le lien entre nos enfants et la nature a plus que besoin d'être retissé, vous pouvez organiser une projection près de chez vous.

Vous serez pour cela épaulé-e par des pros et le réseau associatif de chez vous... Un joli petit défi à vous lancer, pour apporter votre goutte d'eau au joyeux torrent de l'éducation nature!

Mais combien de consciences seront éveillées grâce à chaque projection, combien d'enfants et de familles se trouveront reconnectées à la toile branchue et feuillue... LANCEZ-VOUS!

projection-film-le-lien

Je vois que vous êtes sur le point de courir vers votre salle de projection la plus proche... Bravo!

Mais avant de partir, n'hésitez pas à...

Partager l'info sur vos réseaux sociaux!

le-lien-facebook

Pour visiter la page facebook du projet, c'est par ICI. 

Un grand bravo à Frédéric Plénard qui a réalisé ce film, à Dominique Cottereau qui a bâti le projet avec lui et effectue un suivi scientifique de l'expérience, à l'association Fête le mur, à la dynamique Sortir du réseau Ecole et Nature ainsi qu'à Éducation Environnement 64, partenaires du projet!

 

Le site d'Isa André Laclaverie:

isa-andre-laclaverie

 

Hello ami-e nature !

Nous vous proposons d'accéder à tous nos outils en ligne.

Il vous suffit de vous inscrire à Eveil et Nature...
C'est gratuit !

      

TEXTE DE L'INTERVIEW:

Eveil et Nature (via Isa, merci Isa!!): "Le lien", qu'est-ce que cela signifie pour toi?

Frédéric Plénard:

frederic-plenard"Je suis personnellement convaincu que chaque être humain est relié à la nature. D'un point de vue biologique, on mange tout ce qui vient de la nature, on boit de l'eau, on respire l'air, mais aussi d'un point de vue plus affectif, entre guillemets, parce que si on a envie de se ressourcer, on va où? On va dans la nature. Il y a beaucoup d'artistes qui s'inspirent de la nature. Quand on a besoin de calme on va souvent dans la nature. Je pense qu'on est vraiment reliés. C'est de ce lien que je parle.

Eveil et Nature: Avec ce documentaire, qu'est-ce que tu as voulu nous montrer?

Frédéric: 

Ce film c'est qu'on essaye de repérer les éléments observables de ce lien. Et pour ça, j'ai emmené 6 enfants, des gamins qui sont assez souvent scotchés devant leur écran, qui sont assez séparés de la nature, je les ai emmené en pleine nature pendant 10 jours. En pleine immersion, c'est à dire qu'il n'y avait pas d'écran, pas de téléphone portable.

Ils ont cuisiné au feu de camp, ils se sont lavés dans la rivière, ils ont fait le feu, etc.

L'idée, c'était de repérer un peu ce qui se passait entre eux et la nature. Comment ce lien, que je suppose exister, va se révéler. Et en quoi l'expression de ce lien, cette reconnexion à la nature, pouvait leur être bénéfique. Pour eux et pour le groupe, pour leur insertion dans un groupe.

Pour ça, j'ai été suivi, enfin j'ai monté ce projet avec une chercheuse en sciences de l'éducation, qui s'appelle Dominique Cottereau, qui pendant le film va expliquer, prête son regard, pour expliquer ce qui pendant le séjour va se jouer entre l'enfant et la nature.

Et le Projet, Le lien?

Frédéric:

Alors le Projet, c'est la suite du film. C'est à dire ce n'est pas qu'un film. Le projet, c'est beaucoup plus qu'un film. Moi, mon idée, c'est que beaucoup d'autres enfants vivent des moments de nature.

Les gens qui vont voir ce film, ils vont dire "Ouais, c'est super, on a envie d'aller dans la nature, ça apporte plein de choses aux enfants!...

Et en face, à chaque fois qu'on va présenter le film, il va y avoir des structures d'éducation à l'environnement, qui seront là pour présenter des activités concrètes en nature.

Donc le Projet, c'est le film, sensibiliser les gens et que plein d'autres enfants vivent des moments de nature, concrètement.

Eveil et Nature: Il y a quelque chose durant le séjour qui t'a vraiment marqué de la part des enfants?

Frédéric: 

Ce qui m'a marqué, c'est quand on est arrivé là haut, et ça s'est concrétisé et même amélioré pendant les 10 jours: ces gamins, ils étaient paisibles.

Eveil et Nature: Et eux, qu'est-ce qui les a le plus marqué? Qu'est-ce qu'ils vont garder de ce séjour? Dans le bon et dans le moins bon...

Frédéric: 

Dans le moins bon, je sais pas s'il y a du moins bon, parce que si tu regardes le film, tu vas te dire: c'est angélique... Je fais pas d'angélisme dans ce film là! Ca s'est passé vraiment comme ça!

Faut dire que le groupe était petit, on avait mis vraiment toutes les conditions, il y avait 2 animateurs pour 6 enfants, on avait toutes les conditions idéales... Tout s'est super bien passé.

Ils ont adoré les nuits à la belle étoile par exemple. Ils ont adoré se laver dans le Gave, ils ont adoré faire du feu. Même les marches, qui étaient difficiles, quand ils avaient réussi, ils étaient super contents.

Si on veut voir e film, si on veut assister à une projection, participer, on fait comment?

Frédéric: 

Pour voir le film, il y a des projections qui commencent à être organisées en France.

Je travaille aussi avec un gros réseau qui s'appelle le Réseau Ecole et Nature, qui fédère toutes les structures d'éducation à l'environnement en France. Et je travaille avec eux.

Avec eux, on organise des projections. Il y a possibilité de voir le film sur les projections organisées, mais il y a aussi une possibilité, c'est de vous même organiser une projection. Avec des parents, avec des profs, avec des éducs, dans le cadre de centres sociaux, dans le cadre de maisons de famille, dans le cadre de centres de formation...

Et ça, pour organiser des projections, il y a un site qui existe, sur lequel vous avez toutes les infos, pour prendre contact avec nous, pour organiser une projection près de chez vous.

A chaque fois que vous organisez une projection, nous, de notre côté,  avec le réseau Ecole et Nature, on invite automatiquement toutes les structures d'éducation à l'environnement qui proposent des activités nature.

Donc chaque fois que vous organisez une projection, vous aurez avec vous des associations d'éducation à l'environnement qui vont organiser concrètement des activités nature.

Et ça, ça va être suivi. C'est à dire que par toutes ces projections, on va faire l'inventaire de tous les enfants qui auront bénéficié de sorties nature concrètement. Et ces enfants vont être suivis par des chercheurs en sciences de l'éducation: on va leur envoyer des questionnaires, il va y avoir des entretiens qui vont être organisés.

Et on va faire des publications pour voir ce qu'apporte à tous ces enfants ces moments de nature. L'idée, c'est de prouver que... plus on va dans la nature, mieux on est! Mieux on est avec soi, et mieux on est avec la société.

  Pour que le lien se tisse.. Faites passer l'info dans votre réseau!!

7 Comments

  1. Coucou Emilie,

    Ce film a juste l’air trop génial. Quelle bonne idée !
    Ca me donne trop envie d’aller le voir !
    Bravo pour pour ton site !

    A très bientôt
    Laetitia 🙂

  2. Bravo! Car c’est pas facile de filmer les ados….pas évident de faire oublier la caméra pour filmer l’essentiel. Car l’essentiel ne se dit pas…ça se passe dans le regard…
    C’est vrai, on est d’accord: la nature ça nous ressource! C’est LA source! Et nos jeunes hyper urbanisés ne la connaissent pas. Mais je ne peux pas m’empêcher d’insister sur ce qui me parait (hélas et de plus en plus) urgent!!! C’est de sauver la nature elle même!!! Quelle sorte de fichue névrose développerait une population que l’on aurait sensibiliser çà aimer la nature dans un monde SANS nature!!! Car la nature disparait bel et bien!!! La diversité s’appauvrit! Les paysages sont bétonnés! Est-ce indispensable d’éveiller à la musique une génération qui plus tard vivra dans un monde avec seulement 3 notes sur la partition!! Ne fabriqueront nous pas des névrosés déprimés et potentiellement agressifs? Nous en voudront-ils pas? Oui à 100% pour la sensibilisation MAIS on se doit de préserver la nature en priorité absolue. Non?

    1. Je répondrais par une question:
      Qui, dans 10 ans, dans 20 ans, protègera cette nature, si les adultes n’ont pas eu la possibilité d’entrer en lien avec elle pendant leur enfance? Sauront-ils l’aimer, la comprendre, si les adultes d’aujourd’hui n’ont pas fait en sorte de tisser un lien réel entre l’enfant et la nature?

      Le père aime et protège son jardin. L’enfant grandit. Mais s’il a grandi hors du jardin, l’enfant devenu adulte ne va-t-il pas préférer bétonner ce jardin dont il ne sait s’occuper et qui ne l’intéresse pas?…

      1. c’est parfaitement exact. La sensibilisation est absolument nécessaire. Je n’ai pas dit le contraire!
        Je dis seulement qu’il me parait insatisfaisant, voire dangereux, de vouloir rendre un être sensible à la nature (ou à tout autre chose) à tel point qu’adulte il aura besoins de cette chose pour son équilibre personnel, SANS en même temps et de manière urgente (étant donné l’état actuel de la situation) préserver cette chose, en l’occurrence la nature. Hors, force est de constater que la mobilisation pour la protection de la faune sauvage en France et des espaces dits naturels est faible. C’est inquiétant, non? Alors pourquoi ne pas rejoindre les deux bouts: éduquer à la nature ET préserver le terrain? Sans lieu, où irons nous faire aimer la nature? Protéger le lieu est donc une manière de garantir une activité réputée utile, non? Se pourrait-il que Tous les éducateurs se mobilisent pour exiger la protection durable d’espaces naturels (pas des parcs et des jardins) à des fins opérationnelles…Les joueurs de foot exigent un stade. Nous, il nous faut la nature intacte et pas aménagée en parcours santé…

  3. Bonjour, juste pour vous dire que le film le lien sera projeté au cinéma d’Aigurande (entre l’Indre et la Creuse) le samedi 30 avril, et que le réalisateur sera présent dans la salle, ainsi que des associations locales liées à l’environnement et la nature pour échanger après le film. Merci de faire passer l’info, voir de venir le voir… A bientôt. L.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *